Collecting, Growing, and Exploring in Early Modernity

 

Collecting, Growing, and Exploring in Early Modernity

Journée d’étude internationale

 

 

 

 

 

Paris, EPHE Sorbonne, salle J. Delamarre D059, 11 June 2024

Au cours des dernières décennies, de nombreuses études ont été consacrées à la relation entre collectionnisme et science, mettant en évidence le lien entre l’intérêt croissant pour la botanique et la fascination pour les collections de naturalia, en particulier à partir du milieu du XVIe siècle. Ces objets d’origine naturelle ont suscité l’admiration des amateurs et des scientifiques. Cette passion pour le collectionnisme s’est étendue à différents secteurs de la société: le jardin académique de l’Université de Leyde comprenait un ambulacrum abritant des spécimens de plantes séchées, des fossiles et des animaux taxidermisés (Egmond 2010); les artistes conservaient des collections d’objets rares non seulement pour les utiliser dans leur atelier, mais aussi pour satisfaire leur curiosité personnelle (Rijks 2022); et la collection de coquillages de Petronella de la Court était représentée dans sa maison de poupée très prisée, et mentionnée à plusieurs reprises dans le texte fondateur de Georg Eberhard Rumphius, D’Amboinsche Rariteitkamer (Powell-Warren 2023). En effet, l’intérêt pour les collections a même engendré son propre genre de peinture de natures mortes. L’intérêt pour ces merveilles de la nature et le désir de les posséder dépassent souvent la “simple” collecte de spécimens, d’échantillons séchés ou de coquillages obtenus lors d’échanges et d’achats. En effet, ils pouvaient souvent aller jusqu’à pousser ceux qui possédaient des jardins ou des parcs à se lancer dans des expériences botaniques qui conduisaient à tenter de faire pousser des fleurs et des fruits tropicaux, même si c’était dans des climats défavorables et sur des terrains hostiles, et même à promouvoir des expéditions scientifiques pour étudier et collecter des spécimens dans des contrées lointaines et exotiques.

Des études plus récentes ont soulevé et traité plusieurs questions concernant les pratiques de collecte, l’intersection entre la collecte et la science, et même la participation des femmes à la création de collections. Parmi d’autres ouvrages novateurs, les suivants peuvent être mentionnées Possessing Nature (Findlen 1994); Visible Empire. Colonial Botany and Visual Culture in the Hispanic Enlightenment (Bleichmar 2012); Objects in Motion in the Early Modern World (Bleichmar et Martin (eds.) 2015); Conchophilia (Bass et al. 2021); Rarities of these Lands (Swan 2021); et Women and the Art and Science of Collecting (Leis et Wells, eds., 2021). Ce qui n’a pas encore été exploré, c’est la mesure dans laquelle la collection et l’expérimentation et l’exploration scientifiques étaient liées au début de la période moderne, si tant est qu’elles l’aient été.

Cette journée d’étude vise donc à attirer l’attention sur les collections de naturalia, d’une part, et sur les tentatives de cultiver des plantes exotiques en Europe et les voyages aventureux que la recherche de plantes et d’animaux tropicaux a encouragés, de l’autre. Les organisatrices de cet atelier (Maddalena Bellavitis et Catherine Powell-Warren) invitent à des contributions interdisciplinaires abordant le sujet du point de vue de chaque discipline, de l’histoire de l’art à la culture matérielle, de la botanique à la gastronomie, de la littérature de voyage à la cartographie. Les propositions dont le protagoniste est une femme sont particulièrement encouragées, car l’importance de la contribution féminine à ce sujet, bien que démontrée, reste insuffisamment étudiée et publiée.

Pour être pris en considération, veuillez fournir un document pdf comprenant une proposition d’une page en anglais pour une présentation de 20 minutes d’une recherche originale et non publiée, ainsi qu’une courte biographie. Les candidatures peuvent être envoyées avant le 15 janvier 2024 à maddalena.bellavitis@gmail.com. Les participants seront informés au début du mois de février.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Thomas Cocano (12 janvier 2024). Collecting, Growing, and Exploring in Early Modernity. Savoirs et pratiques, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkv4