Archives de catégorie : Appels

Contrats doctoraux en paléographie hébraïque médiévale

Appel à candidature

Deux contrats doctoraux en paléographie hébraïque médiévale

ERC Synergy MiDRASH

 

L’École Pratique des Hautes Études, PSL-Université de Paris, France, lance un appel à candidature pour deux contrats doctoraux dans le domaine de la paléographie hébraïque et de l’étude des manuscrits. Les candidat(e)s retenu(e)s prépareront leur doctorat à l’EPHE, PSL, sous la direction de Professeure Judith Olszowy-Schlanger et rejoindront l’équipe qu’elle dirige dans le cadre du projet ERC Synergy MiDRASH (Migrations of Textual and Scribal Traditions via Large-Scale Computational Analysis of Medieval Manuscripts in Hebrew Script). Nous sollicitons des projets de thèse sur des sujets spécifiques dans les domaines de recherche suivants : Paléographie 1 : « Manuscrits liturgiques hébraïques médiévaux : entre la France et l’Allemagne » Paléographie 2 : « La Mishna et ses commentaires : codicologie, paléographie et histoire du livre »

Les doctorants sélectionnés travailleront sur un sujet de recherche original en préparation de leur doctorat pendant 80% de leur temps de travail, et participeront à l’annotation d’échantillons paléographiques de manuscrits hébreux médiévaux pour l’album de paléographie hébraïque en ligne (HebrewPal) (https://www.hebrewpalaeography.com/) pendant les 20% de temps restants. Ils assisteront à un séminaire de recherche hebdomadaire et co-organiseront/participeront à une conférence annuelle d’étudiants en études de manuscrits hébraïques à l’EPHE.

Pour postuler :

Envoyer (sous la forme d’un seul fichier PDF avec votre nom et MiDRASH, en précisant le champ Paléographie 1 ou Paléographie 2) :

  • Lettre de motivation (1 page maximum)
  • Projet de thèse (5 pages maximum, bibliographie comprise)
  • CV
  • Liste des publications, s’il y a lieu
  • Relevé de notes officiel des résultats du Master
  • Exemple d’un travail écrit (environ 15 pages)
  • Deux lettres de recommandation de personnalités académiques de haut niveau

À : Judith Olszowy-Schlanger à l’adresse : judith.schlanger@ephe.sorbonne.fr et à Sarah Fargeon à l’adresse : sarah.fargeon@ephe.psl.eu au plus tard le 30 mai 2024 à minuit, heure d’été d’Europe centrale.

Pour télécharger l’appel à candicature complet en français

To download the call for applications in english

Contact :

Pour de plus amples renseignements, veuillez vous adresser à Judith Olszowy-Schlanger, judith.schlanger@ephe.sorbonne.fr

Appel à communications

Appel à communications

Journée transversale de l’ED 472 de l’EPHE – PSL

L’École Pratique des Hautes Études est heureuse d’annoncer l’édition 2024 de la Journée transversale des doctorant.e.s, qui se tiendra le 14 mai 2024 à Paris sur le thème :

« Critiquer ou discriminer »

Si les notions de critique et de discrimination sont connotées négativement au premier abord, ces deux termes sont avant tout des processus d’acquisition de connaissances relevant de choix. Leur racine grecque est commune et se traduit par l’idée de juger, d’interpréter mais aussi de distinguer, de trancher. Les termes « critiquer » et « discriminer » conservent tout cette envergure : ils peuvent procéder de la prise de position subjective comme du choix disciplinaire et scientifique.

En Science(s), la critique désigne le processus de distinction d’un choix motivé par l’exercice de la raison. La discrimination relève aussi d’un mécanisme de distinction, mais peut recouvrir plusieurs dimensions : elle n’est pas nécessairement justifiée par l’exercice de la raison et garde une proximité sémantique certaine avec la faute ou le crime. En sciences religieuses, historiques ou de la vie et de la terre, ces deux notions sont omniprésentes, tant d’un point de vue méthodologique, qu’historiographique et historique.

Les doctorant.e.s des trois mentions de l’École Doctorale 472 sont ainsi invité.e.s à raisonner et communiquer sur l’ambiguïté de ces deux termes, la façon dont ils s’unissent ou se contredisent, et à mobiliser, entre autres, l’un des axes suivants pour étayer leur réflexion sur le thème proposé :

• Discriminer, critiquer, pour produire un savoir

Discriminer et critiquer, c’est élaborer des outils de compréhension du monde. Ce sont deux processus distinctifs qui permettent d’aboutir à une catégorisation des données. De surcroît, discriminer et critiquer ont le même but : construire un sujet à travers des choix méthodologiques. Discriminer et critiquer sont donc deux notions proches qu’il est néanmoins possible de confronter. Les communications pourront par exemple porter sur les méthodes d’acquisition des connaissances en relation avec la discrimination et la critique ou encore sur l’épistémologie des termes discriminer et critiquer. Les interventions proposant une approche linguistique sont également bienvenues.

• Discriminer au nom d’un savoir, critiquer au nom du savoir

On pourra s’intéresser aux processus de discrimination et de critique à l’échelle des rapports au sein d’un ensemble. Discriminer renvoie alors au traitement différencié selon des critères relevant d’un savoir érigé en norme intangible, qui peut, dès lors, être considéré comme arbitraire. Au contraire, la critique continue d’interroger, de vérifier et de justifier ces critères, et peut ainsi remettre en cause et contester la discrimination.

• Discriminer et critiquer, sources de renouvellement des sciences :

Le progrès des sciences est conditionné par les processus de discrimination et de critique. C’est effectivement en étudiant les phénomènes discriminatoires que l’on peut comprendre les valeurs qui régissent une société et qui déterminent toute approche scientifique. En outre, la discrimination et la critique de concepts ou de modèles explicatifs antérieurs constituent une dynamique essentielle du progrès scientifique. Les communications basées sur ce troisième axe pourront adopter une approche cognitive, épistémologique, sociale ou bien historique.

Format
Les communications, en français, n’excèderont pas 20 minutes et seront suivies d’un temps de discussion, sous la forme de tables rondes. Les propositions sont à envoyer sous forme de résumé (300 mots maximum) avant le 3 mars 2024 à l’adresse journee.transversale.2024@ephe.psl.eu
Les actes de la Journée Transversale feront l’objet d’une publication.
12 communications seront retenues pour la présentation orale. Les autres propositions seront invitées à réaliser un poster de leur présentation afin de pouvoir les exposer lors des moments conviviaux de la journée d’études.

Comité scientifique :

Daphné Baudon, Carlo Emilio Biuzzi, Arthur Deconynck, Joshua Ducancel, Dauphine de Haldat, Inès Keuter, Paul Knall-Demars, Illia Kovalenko, Maël Le Gouellec, Léa Legouix, Valentine Louis, Philomène Renard, Mélanie Sorstein, Fanny Stibbe et Léa van Hulle.

 

ED 472

Carnet hypothèse ED 472

Collecting, Growing, and Exploring in Early Modernity

 

Collecting, Growing, and Exploring in Early Modernity

Journée d’étude internationale

 

 

 

 

 

Paris, EPHE Sorbonne, salle J. Delamarre D059, 11 June 2024

Au cours des dernières décennies, de nombreuses études ont été consacrées à la relation entre collectionnisme et science, mettant en évidence le lien entre l’intérêt croissant pour la botanique et la fascination pour les collections de naturalia, en particulier à partir du milieu du XVIe siècle. Ces objets d’origine naturelle ont suscité l’admiration des amateurs et des scientifiques. Cette passion pour le collectionnisme s’est étendue à différents secteurs de la société: le jardin académique de l’Université de Leyde comprenait un ambulacrum abritant des spécimens de plantes séchées, des fossiles et des animaux taxidermisés (Egmond 2010); les artistes conservaient des collections d’objets rares non seulement pour les utiliser dans leur atelier, mais aussi pour satisfaire leur curiosité personnelle (Rijks 2022); et la collection de coquillages de Petronella de la Court était représentée dans sa maison de poupée très prisée, et mentionnée à plusieurs reprises dans le texte fondateur de Georg Eberhard Rumphius, D’Amboinsche Rariteitkamer (Powell-Warren 2023). En effet, l’intérêt pour les collections a même engendré son propre genre de peinture de natures mortes. L’intérêt pour ces merveilles de la nature et le désir de les posséder dépassent souvent la “simple” collecte de spécimens, d’échantillons séchés ou de coquillages obtenus lors d’échanges et d’achats. En effet, ils pouvaient souvent aller jusqu’à pousser ceux qui possédaient des jardins ou des parcs à se lancer dans des expériences botaniques qui conduisaient à tenter de faire pousser des fleurs et des fruits tropicaux, même si c’était dans des climats défavorables et sur des terrains hostiles, et même à promouvoir des expéditions scientifiques pour étudier et collecter des spécimens dans des contrées lointaines et exotiques.

Des études plus récentes ont soulevé et traité plusieurs questions concernant les pratiques de collecte, l’intersection entre la collecte et la science, et même la participation des femmes à la création de collections. Parmi d’autres ouvrages novateurs, les suivants peuvent être mentionnées Possessing Nature (Findlen 1994); Visible Empire. Colonial Botany and Visual Culture in the Hispanic Enlightenment (Bleichmar 2012); Objects in Motion in the Early Modern World (Bleichmar et Martin (eds.) 2015); Conchophilia (Bass et al. 2021); Rarities of these Lands (Swan 2021); et Women and the Art and Science of Collecting (Leis et Wells, eds., 2021). Ce qui n’a pas encore été exploré, c’est la mesure dans laquelle la collection et l’expérimentation et l’exploration scientifiques étaient liées au début de la période moderne, si tant est qu’elles l’aient été.

Cette journée d’étude vise donc à attirer l’attention sur les collections de naturalia, d’une part, et sur les tentatives de cultiver des plantes exotiques en Europe et les voyages aventureux que la recherche de plantes et d’animaux tropicaux a encouragés, de l’autre. Les organisatrices de cet atelier (Maddalena Bellavitis et Catherine Powell-Warren) invitent à des contributions interdisciplinaires abordant le sujet du point de vue de chaque discipline, de l’histoire de l’art à la culture matérielle, de la botanique à la gastronomie, de la littérature de voyage à la cartographie. Les propositions dont le protagoniste est une femme sont particulièrement encouragées, car l’importance de la contribution féminine à ce sujet, bien que démontrée, reste insuffisamment étudiée et publiée.

Pour être pris en considération, veuillez fournir un document pdf comprenant une proposition d’une page en anglais pour une présentation de 20 minutes d’une recherche originale et non publiée, ainsi qu’une courte biographie. Les candidatures peuvent être envoyées avant le 15 janvier 2024 à maddalena.bellavitis@gmail.com. Les participants seront informés au début du mois de février.

Appel à projets

Chaire Beauté.s: Beautés vitales – Appel à projets

 

La Chaire Beauté.s apportera son soutien financier à 2 ou 3 projets de recherche collectifs en cours d’élaboration qui développent une réflexion articulée autour des enjeux de beauté et de vie.

À partir de la problématique de la beauté vitale, les projets pourront aborder plus spécifiquement les sous-thèmes suivants: Beauté et écologie ; beauté et soin ; beauté et innovation ; beauté et actualités sociétales

Le projet devra décliner par son inventivité et sa singularité une conception de la beauté à même de dialectiser les défis auxquels nous seront confrontés dans le futur, et d’ainsi articuler projection esthétique et enjeux éthiques, technologiques, écologiques et culturels.

Critères de sélection

L’évaluation et la sélection des projets seront assurées par un comité scientifique ad hoc et porteront principalement :

  • Sur leur dimension collaborative et transdisciplinaire, mettant en jeu des petites équipes de 3-6 personnes (dont le chef de projet est statutaire dans une institution de recherche ou établissement d’enseignement supérieur français et basé en France, les autres membres pouvant être doctorant, post-doctorant ou chercheur sans affiliation en France ou à l’étranger), nouvellement constituées autour de la thématique « Beautés vitales ».
  • Sur l’originalité de la problématique et de la démarche prêtant une attention particulière aux dimensions transdisciplinaires et internationales des projets.
  • Sur la dimension prospective de la démarche, sa capacité à inventer de nouveaux paradigmes pour penser la beauté, et son inscription dans le champ des réflexions contemporaines.
  • Sur l’objectif de réalisation du projet et sur sa faisabilité dans le temps imparti : expérimentations, livrables, événements, colloques, etc.
  • Ces projets pluridisciplinaires et collectifs auront pour ambition d’enclencher une réflexion internationale et seront évalués en fonction de leur capacité à initier des dynamiques intégratives de recherche.
  • Les projets déjà cofinancés seront valorisés.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes :

  • Description détaillée du projet (5000 mots maximum) comprenant la problématique, la méthodologie et les objectifs du projet.
  • CV détaillés et actualisés du chef de projet et des membres de l’équipe.
  • Bibliographie liée au projet.
  • Budget prévisionnel avec calendrier précis.

Le dépôt de candidature se fait à l’adresse suivante : chaire.beautes@psl.eu

Clôture de l’appel: 30 avril 2024 à minuit

>>> Pour télécharger le formulaire et pour des informations complémentaires

Journée d’études doctorales du laboratoire Saprat

Appel à communication

Journée d’études doctorales du laboratoire Saprat

Dans le cadre de la journée d’études doctorales de l’équipe d’accueil Saprat, nous effectuons un appel à communication auprès des doctorants du laboratoire. Cette année, le thème retenu est celui de l’expert et nous nous interrogerons sur son statut, ses compétences et son rôle.

L’expert, détenteur et acteur du savoir du Moyen Âge à nos jours

L’étude de la figure de l’expert ne semble être que peu développée en histoire en dehors du XXe siècle. Bien que présent dès le XIVe siècle, le terme d’esper – tiré du latin expertus – recoupe les notions d’un savoir « éprouvé, aguerri, qui a fait ses preuves » dans un domaine particulier. La notion d’expert, la teneur de son savoir ou ceux qui lui confèrent ce statut ont évolué depuis le Moyen Âge. L’articulation entre le savoir, sa mise en valeur ou la reconnaissance d’un groupe pour les compétences d’un individu ouvrent sur de nombreux axes possibles de réflexions.
Le détenteur d’une compétence et d’un savoir – qu’ils soient linguistique, artistique, scientifique, politique, philologique ou artisanal par exemple – se forment par l’apprentissage et l’emploi de connaissances et de techniques. Acquises de manière pratique ou théorique par son possesseur, ces connaissances sont alors considérées comme suffisamment savantes pour être sollicitées sur des points inhérents à son domaine d’expertise et de compétence. Au terme de sa formation, il peut mettre en œuvre au service d’un commanditaire – particulier, groupe ou puissance régalienne – son savoir constitué auprès d’un pair ou grâce à l’expérience et l’expérimentation.
Le statut d’expert vient se renforcer par ces nouvelles sollicitations, cadre dans lequel il peut mettre en pratique son savoir. Il se positionne alors comme référence et conseiller dans son domaine d’expertise, mais il n’est pas pour autant à l’abri d’une confrontation et d’une remise en question de sa position et des normes qu’il emploie, par exemple par la présence d’une autre école ou génération d’experts.
Les différents éléments présentés ici ne sont que quelques pistes d’ouverture et de réflexions autour de la notion d’expert, ils souhaitent ouvrir aussi de nouvelles pistes de réflexion qui soient adaptées aux recherches de chaque membre du laboratoire dans toute leur diversité. L’étude de la notion à travers le temps et les domaines de compétence de chacun permettra d’esquisser des tendances sur la nature des savoirs valorisés, la place et le rôle de l’expert dans les différentes périodes historiques et aires géographiques.
Cette journée d’études permettra aux doctorants de Saprat de présenter leurs recherches, leurs avancées mais aussi leurs problématiques à partir d’un exemple, d’un élément, ou d’une enquête.

Les propositions de communications, environ 1500 signes, seront à faire parvenir à l’adresse : jed.saprat@gmail.com .

Pour télécharger l’appel à communication

Appel à candidature

Contrat post-doctoral

Appel à candidature

 

The Department of Art History at the University of Toronto offers a postdoctoral fellowship to graduates from France. The fellowship will be awarded for two years starting in September 2024. The post-doctoral position comes with an annual salary of $ 60,000 all inclusive. The aim of this fellowship is to advance meaningful cross-cultural art historical exchanges between Canada and France and to strengthen national and international cultural ecosystems. The successful post-doctoral fellow will play a critical role in implementing the objectives of this initiative.

Responsibilities
The fellow is expected to be in residence in Toronto and will carry on a research project in their own area of French art and visual culture. They will also work with the University of Toronto staff to develop cross-cultural exchanges with French institutions. In particular the fellow:

  • will assist in the management of the program of cross-cultural exchanges (Visiting Professorships and the International Doctoral Cluster);
  • will promote student exchange opportunities and other connections between France and Canada;
  • will help in creating opportunities for Canadian undergraduate, M.A. and Ph.D. students to develop new and deeper ties with scholars and institutions in France.

Eligibility
Applicants must hold a degree from a French university and must have defended their Ph.D. thesis before the start of the fellowship in September 2024 but no more than five years prior to this time. The successful candidate must demonstrate a strong research agenda and have an established record of collaborations with French institutions. The candidate should be fluent in English and French. The University of Toronto is strongly committed to diversity within its community and especially welcomes applications from visible minority group members, women, Indigenous persons, persons with disabilities, members of sexual and gender minority groups, and others who may contribute to the further diversification of ideas. Engagement as a Postdoctoral Fellow at the University of Toronto is covered by the terms of the CUPE 3902 Unit 5 Collective Agreement.

Procedure
Candidates should submit the following documents compiled into a single file to art.chair@utoronto.ca:

  1. Letter of interest;
  2. Curriculum vitae;
  3. Project proposal (maximum 2 pages excluding bibliography);
  4. Research sample (chapter of the Ph.D. thesis) or published contribution;
  5. Two letters of reference (to be included in the application package);
  6. 100-word research description;
  7. 100-word biographical statement.

Complete applications must be submitted by January 1, 2024 to be considered. Questions can be addressed to art.chair@utoronto.ca

Pour télécharger l’appel à candidature

Arts décoratifs, modes et commerce

Les Rencontres des Arts Décoratifs

Arts décoratifs, modes et commerce : présenter, vendre et promouvoir

Jeudi 25 avril 2024

Appel à communication

 

 

Les relations entre les arts, les métiers et l’industrie suscitent aujourd’hui un très grand intérêt.
Cours, séminaires et conférences se multiplient, nous incitant à approfondir les connaissances et à débattre autour de questions méthodologiques, théoriques, patrimoniales et techniques.
Les Rencontres des Arts Décoratifs entendent contribuer à la structuration de ce champ relativement récent de l’histoire de l’art en donnant une visibilité à la jeune recherche.
L’université, les écoles d’art et d’architecture ainsi que les institutions patrimoniales publiques et privées sont appelées à nourrir ces échanges. Étudiantes et étudiants titulaires d’un Master 1 ou d’un Master 2 (soutenu depuis moins de deux ans), doctorants et jeunes docteurs font découvrir à un large public des collections et des fonds inédits, des créations encore ignorées, des techniques oubliées, des courants esthétiques méconnus. Les analyses et les discussions sont introduites et animées par des spécialistes reconnus pour l’acuité de leur regard et la singularité de leur approche. Chaque rencontre peut être suivie par des visites d’exposition, de fonds d’archives ou de collections. Le lieu qui nous accueille – le Musée des Arts Décoratifs de Paris – est hautement emblématique : conçu au milieu du xixe siècle pour instruire artistes, artisans et ouvriers d’art, diffuser les savoirs et promouvoir la création contemporaine, il est le cadre le plus approprié pour mettre en lumière les dimensions multiples du « faire » qui, encore aujourd’hui, vivifient la production des objets. Réunis à l’occasion de ce rendez-vous annuel, jeunes chercheurs, enseignants, professionnels et amateurs sont incités à mener ensemble une réflexion historique, critique et prospective, sur les chemins croisés de la conception des formes, de la fabrication des choses et de l’aménagement des espaces de vie.

Quelques pistes de réflexion nous paraissent prometteuses, sans exclure d’autres thématiques qui pourront émerger :

    • les lieux du commerce des arts décoratifs : typologies, implantation dans la ville, lien avec les lieux de production
    • les salons et les expositions, et leurs rapports à la vente des objets
    • les stands, les boutiques et leur aménagement
    • les catégories du commerce : le petit commerce, le magasin de nouveautés, la boutique de l’antiquaire, le commerce de gros et de détail, le trôleur…
    • la vente par correspondance
    • les supports de promotion et de commercialisation (catalogues, revues, affiches, objets publicitaires divers)
    • le liens entre commerce des arts décoratifs, presse et critique
    • les clientèles : émergence, diversification, massification et phénomènes de « distinction »
    • la circulation commerciale des objets extra-européens

Les propositions d’intervention d’environ 2500-5000 signes (espaces compris), ainsi qu’une bio-bibliographie sont à envoyer avant le 13 novembre 2023 au comité d’organisation :

Jérémie Cerman, professeur, Université d’Artois : jeremie.cerman@gmail.com
Rossella Froissart, directrice d’études, École Pratique des Hautes Études : rossella.froissart@ephe.psl.eu
Amélie Gastaut, conservatrice en chef, musée des Arts décoratifs : amelie.gastaut@madparis.fr
Sébastien Quéquet, attaché de conservation, musée des Arts décoratifs : sebastien.quequet@madparis.fr

Pour télécharger l’appel complet

Cadre de la troisième Rencontre (25 avril 2024) :
« La naissance des grands magasins. Mode, design, jouet, publicité. 1852-1925 »
(exposition du 10 avril au 13 octobre 2024)

 

Comité Scientifique

Jérémie Cerman, professeur, Université d’Artois, UR 4027 – Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés (CREHS)
Rossella Froissart, directrice d’études, École Pratique des Hautes Études, EA 4116 – Savoirs et pratiques du Moyen Âge à l’époque contemporaine (Saprat)
Bénédicte Gady, conservatrice du patrimoine, Musée des Arts Décoratifs
Sébastien Quéquet, attaché de conservation, Musée des Arts Décoratifs
Estelle Thibault, professeure, École nationale supérieure d’architecture Paris-Belleville, IPRAUS/UMR AUSSER 3329
Céline Trautmann-Waller, directrice d’études, École Pratique des Hautes Études

Spectacles et diplomatie.

Conférences et congrès de paix du XVe siècle au début du XXe siècle

Appel à communication

 

Colloque organisé par l’équipe Saprat (EPHE-PSL), à Paris et Versailles, les 25, 26 et 27 septembre 2024

2024_Le_Congrès_ _[estampe]_Forceval_(17_btv1b69546313_1
Le Congrès s’amuse, [estampe] par Forceval. Source: gallica.bnf.fr. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (73)-FT 4

 

De la « Guerre de Cent ans » à la fin de la Première Guerre mondiale, d’Arras, en 1435, à Paris et Versailles, en 1919, les rencontres diplomatiques organisées en vue de la paix sont, à l’aune des guerres, fort nombreuses en Europe. Les sources médiévales mentionnent seulement le terme générique de « conférences » pour évoquer des réunions où des émissaires traitent de voies de paix. Le mot de « congrès » diplomatique, la forme même qui lui est associée, n’apparaissent véritablement qu’à partir du milieu du XVIIe siècle. Au XIXe siècle, conférences et congrès sont ensuite marqués, entre autres, par la montée en puissance des États-nations, l’émergence de la diplomatie de concert et le rôle croissant de l’anglais. Les lieux, les acteurs, l’organisation, les modes de sociabilité et la durée de ces rencontres varient donc considérablement du XVe siècle au début du XXe siècle. Elles se caractérisent néanmoins par le souci commun, sinon réel du moins proclamé, d’éviter ou de clore des conflits. Les rencontres les plus importantes, rassemblées à titre indicatif dans la liste ci-dessous, affrontent des enjeux cruciaux, visent une stabilisation ou une inflexion décisive dans les relations entre puissances et ont laissé une empreinte durable dans la mémoire collective.

Congrès et conférences de paix sont aussi des événements extraordinaires aux multiples facettes. À l’instar des rencontres princières à l’époque moderne, pour lesquelles Jean-Marie le Gall a discerné une vaste gamme de divertissements (mystères, entrées, joutes, tournois, carrousels, ballets équestres, bals, ballets, représentations théâtrales, concerts, opéras et autres formes lyriques, jeux et courses d’animaux, feux d’artifices et illuminations), les congrès et conférences de paix sont ainsi l’occasion de spectacles nombreux et variés. Le présent colloque entend les étudier dans une perspective comparatiste, typologique et diachronique, tout en mettant en valeur le caractère unique des différentes performances spectaculaires.

Le sujet a déjà suscité l’intérêt des historiens de la diplomatie. Plusieurs études importantes consacrées aux rencontres entre princes, à l’époque médiévale et à l’époque moderne, ainsi qu’aux congrès, ont mis en évidence le nombre, la diversité et l’importance des fêtes publiques, des célébrations et des rituels religieux à ces occasions. On se réfère ici aux travaux fondateurs de Lucien Bély sur les congrès, en particulier celui d’Utrecht (Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, 1990), à un colloque récent explorant de façon systématique les interactions entre les congrès et les villes d’accueil (Christian Windler [éd.], Kongressorte der frühen Neuzeit im europäischen Vergleich : der Frieden von Baden (1714), 2016), ou encore aux analyses de la dimension sonore, notamment musicale, de la diplomatie (voir par exemple Damien Mahiet, Rebekah Ahrendt et Frédéric Ramel (éd.), Diplomacy, audible and resonant, dossier de Diplomatica, vol. 3/2, 2021). De manière générale, l’histoire de la diplomatie, en intégrant dans ses terrains d’enquête des acteurs beaucoup plus nombreux, prend désormais plus en considération les artistes, jongleurs, danseurs, acteurs, peintres et musiciens intervenant dans les conférences et les congrès. L’organisation de certains spectacles, concerts et pièces de théâtre notamment, a été analysée en profondeur. Néanmoins, les spécialistes de la diplomatie ont généralement envisagé ces pratiques comme une forme d’à-côté, sous l’angle du divertissement, éventuellement avec une portée symbolique. Une approche d’ensemble de la typologie, des rôles et de l’évolution des pratiques spectaculaires en contexte diplomatique fait encore défaut.

Du côté de l’histoire des spectacles, qui s’est, dans le même temps, également constituée en véritable discipline, les congrès et les conférences de paix n’ont pas fait l’objet de travaux spécifiques. Ce sont principalement des musicologues qui s’y sont intéressés, dans le cadre plus large de l’étude des rapports entre musique et politique, ce qu’illustre par exemple le colloque « Musique et sorties de guerres (XIXe-XXIe siècles) » tenu à Montréal en 2018.

En se situant au croisement des études sur les spectacles, la diplomatie, l’histoire de la musique, du théâtre, des arts picturaux et de la danse, ce colloque entend par conséquent favoriser le dialogue entre plusieurs historiographies qui ont, depuis plusieurs décennies maintenant, été très vivement renouvelées. Plusieurs axes complémentaires seront privilégiés pour envisager l’ensemble des pratiques spectaculaires dans les conférences et congrès.

Il s’agira tout d’abord de déterminer qui sont les acteurs de ces spectacles. Si la séparation entre professionnels et amateurs est délicate et n’a pas forcément de sens à toutes les époques, la prise en considération des individus impliqués est fondamentale. Participants et publics – ces deux catégories pouvant se mêler – seront appréhendés de concert.

Tout aussi importante est la question des lieux où se déroulent les spectacles. Les lieux de la négociation diplomatique sont-ils transformés pour accueillir des spectacles ou bien les envoyés diplomatiques sont-ils amenés à se transporter ailleurs, dans des lieux de spectacle ? Des sites tant naturels qu’urbains sont-ils utilisés ?

Cette réflexion sur les acteurs et les lieux conduit à s’interroger sur les négociations préalables à la tenue des spectacles. Qui décide ? Selon quel calendrier ? Qui paie ? Une approche économique des spectacles est indispensable. L’étude de ces divers points conduit à explorer comment culture « spectaculaire » et culture diplomatique s’interpénètrent, comment les pratiques liées à ces deux types d’activités coexistent et s’influencent.

L’étude du répertoire (mot à prendre ici au sens large) est à ce titre essentielle. Si on parle ou on chante, quelle langue est-elle choisie ? Cherche-t-on à innover, à proposer des créations ou a-t-on recours à des formes de spectacles plus traditionnelles ?

La réflexion portera également sur la portée symbolique des spectacles. Quels discours véhiculent-t-ils ? Comment s’harmonisent-ils avec ceux qui forment la matière même du travail diplomatique? La manière dont celui-ci se poursuit lors des spectacles est du reste une question centrale pour le colloque. La soulever conduit à évaluer le bénéfice politique attendu et apporté par les spectacles – une question liée à celle de la réception (ou à l’oubli) de ces spectacles, tant chez les contemporains qu’à plus long terme.

Des sources aussi nombreuses que variées pourront être mobilisées pour traiter ce sujet : livres de cérémonies, correspondances diplomatiques, journaux d’ambassades, documents comptables, iconographie, journaux intimes, presse, sources matérielles (costumes, éléments de décors, lieux où ont eu lieu les spectacles), etc.

Les propositions de communication, d’une taille maximum de 2000 signes et accompagnées d’une présentation biographique d’une demi-page, sont à envoyer avant le 30 octobre 2023 à maddalena.bellavitis@ephe.psl.eu; jean-claude.yon@ephe.psl.eu; stephane.pequignot@ephe.psl.eu.

Elles seront examinées par le comité scientifique du colloque et une réponse sera apportée avant le 20 décembre 2023.

Pour télécharger l’appel à communication

Comité scientifique

Lucien Bély (Sorbonne Université)
Marie Bouhaïk-Girones (CNRS)
Yves Bruley (EPHE-PSL)
Astrid Castres (EPHE-PSL)
Veronique Dominguez (Université de Nantes)
Laurent Hablot (EPHE-PSL)
Beate Angelika Kraus (Beethoven-Haus, Vienne)
Guy-Michel Leproux (EPHE-PSL)
Jean-Marie Moeglin (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)
Cécile Reynaud (EPHE-PSL)

Hebrew Manuscripts in the Digital Age: Palæography, Edition, Cataloguing

Applications open for  2023-2024 HMDA course

HMDA: Hebrew Manuscripts in the Digital Age: Palæography, Edition, Cataloguing

The École Pratique des Hautes Études,  » the School of Advanced Studies  » within Paris Sciences Lettres University, is inviting applications from French and international research students for an online course cluster “Hebrew Manuscripts in the Digital Age: Palaegraphy, Edition, Cataloguing”.

The course cluster can be validated as an EPHE Diploma or be an audited in addition to the degree the students undertake elsewhere. Its aim is to provide the participants with traditional and digital skills and some understanding of computational possibilities in Hebrew Manuscript Studies.

In the past fifteen years, Jewish Studies has witnessed a renewal of the interest in medieval manuscripts in Hebrew and Judeo-languages. The young generation of Jewish studies scholars is keen on turning to manuscripts and archival sources for the reconstruction of the Jewish past.

The study and edition of manuscripts is indispensable for this sources-oriented historical and literary research.

HMDA introduces the students to the current research methods and provide them with necessary basic skills to undertake a research project on medieval Hebrew manuscripts.

The course is held entirely online, in English. Lectures are followed by discussions.

In addition to the online seminars, students are encouraged to acquire practical skills by contributing to one or more of the digital projects :

Hebrew Paleography Album (HebrewPal)

Multipal

Books within Books

BiNah Catalogue des manuscrits hébreux de la Bibliothèque Nationale de France

e-Scriptorium

eRabbinica

The teaching consists of three one-hour seminars a week between November 20, 2023 and May 31, 2024 (excluding EPHE holidays)

1. Monday 6 pm – 7 pm (Paris time)

Introduction to Medieval Hebrew Palaeophraphy: typology and dating of manuscripts with the help of traditional methods and digital tools.

2. Monday 7.15 pm – 8.15 pm (Paris time)

Cataloguing of medieval Hebrew manuscripts: codicology, fragmentology, scientific approach to book materials, online cataloguing

3. Wednesday 7 pm – 8 pm (Paris time)

From automatic transcription to digital scholarly edition

 

The course is open to :

  • Students of Master or Doctorate of the EPHE
  • French and international students in Hebrew and/or Jewish Studies accepted by the project and the EPHE to prepare a graduate diploma of the EPHE
  • French and international students accepted by the project and the EPHE to audit the course

Applications:

  • Students enrolled at the EPHE, please register by writing  to Wissem GUEDDICH at : hmda@ephe.psl.eu
  • Candidates for the graduate diploma and auditors : the application process includes two stages : (1) Acceptance by the professors of the project. (2) Registration by the EPHE

For the acceptance by the professors, please send an email to hmda@ephe.psl.eu including the following information :

  • Letter explaining your motivation for joining the course
  • CV and a list of publications (if any)
  • A brief letter of recommendation by one of your teachers

Please specify if you wish to prepare a diploma of the EPHE or to audit the course

 

Deadline: 11 October 2023 (midnight, Paris time)

 

Once accepted by the professors, please register online at the EPHE as either:

  • Diploma : “ Diplôme de l’établissement, Sciences historiques et philologiques »
  • Auditing : « auditeur libre »

Annual fee : 150€

Instructors include: Judith Olszowy-Schlanger, Daniel Stökl Ben Ezra, Peter Stokes, Javier Del Barco, Hayim Lapin, Sonia Fellous, Zina Cohen, Emma Abate, Elena Pierazzo, Joseph O’Hara.

For further questions, please contact the project coordinator, Wissem Gueddich at : hmda@ephe.psl.eu

Pour télécharger l’appel à candidature

Sources hébraïques pour l’histoire des juifs de la France médiévale

Bourse en études juives médiévales

« Sources hébraïques pour l’histoire des juifs de la France médiévale »

EPHE – PSL – fondation Jacques et Jacqueline Lévy-Willard

 

La Fondation Jacqueline et Jacques Lévy-Willard sous l’égide de la Fondation du Judaïsme Français a décidé d’apporter son soutien financier au profit du Fonds de dotation EPHE – PSL, par l’octroi d’une bourse de Master ou de Doctorat en études de manuscrits hébreux médiévaux pour une durée de 10 mois, renouvelable. Le boursier ou la boursière fera partie du projet « Sources hébraïques pour l’histoire des juifs de la France médiévale » et sera intégré(e) dans le laboratoire d’accueil de l’EPHE – PSL EA 4116 « Savoirs et pratiques du Moyen Âge à l’époque contemporaine » (Saprat).

L’appel s’adresse aux étudiants titulaires d’une licence ou Master I d’hébreu/études juives pour les candidats en Master ou aux titulaires de Master II pour les candidats en doctorat. Ces diplômes respectifs doivent être validés au plus tard à la rentrée 2023, et les candidats sélectionnés doivent être inscrits à l’EPHE à la rentrée 2023.

Le candidat ou la candidate retenu(e) bénéficiera d’une bourse mensuelle de 900€ pendant dix mois, avec une possibilité de renouvellement en fonction du mérite et des résultats obtenus.

 

Télécharger l’appel à candidature

 

Conditions de recrutement
Il n’y a pas de condition d’âge.
Les candidats doivent être titulaires au minimum d’une licence ou Master I d’hébreu/études juives, pour les candidats en Master I ou II ou de Master II pour les candidats en doctorat. Il n’est pas nécessaire d’avoir déjà soutenu son mémoire de Master pour se porter candidat. Le justificatif pourra être fourni après l’audition, mais la non-obtention du Master à l’issue des jurys de septembre annulera l’attribution de la bourse.

L’attribution de la bourse se fera après examen des dossiers par un comité de sélection composé de 6 membres.

Le recrutement des candidats retenus ne sera effectif qu’après l’inscription en Master « Civilisations, cultures et sociétés » de l’EPHE – PSL (parcours Histoire et culture des juifs et du judaïsme : sources et patrimoine) ou en doctorat auprès de l’École doctorale 472, mention HTD.

 

Composition du dossier de candidature
Le dossier de candidature est composé d’un seul fichier électronique au format pdf, comportant, dans cet ordre les pièces suivantes :

  • une fiche de renseignement
  • une lettre de candidature et de motivations, incluant le projet de recherche (4 pages maximum)
  • un curriculum vitae
  • l’attestation de diplôme de Licence ou Master ou diplôme équivalent, précisant obligatoirement la note et/ou la mention (joindre au dossier, ultérieurement, pour régularisation, dès l’obtention en session de juin ou de septembre)

 

Dépôt du dossier de candidature
Les candidat(e)s ont jusqu’au 1er octobre 2023 pour adresser leur dossier sous forme électronique à :

 

 

Avec le soutien

de la Fondation Jacques et Jacqueline Lévy-Willard