Archives de catégorie : Colloques et journées d’études

Le peintre à l’œuvre

Le peintre à l’œuvre : savoirs, méthodes et techniques (Europe méridionale, XVIIe et XVIIIe siècles)

Journée d’étude internationale

 

Journée d’étude internationale organisée par Pierre Marty dans le cadre du programme Pictor 2.

 

Le 24 mai 2024, de 14h à 17h, à l’Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari. 2 rue Vivienne, Paris 2e.

>> Pour plus d’informations sur le programme

Arts décoratifs, modes et commerce

Les Rencontres des Arts Décoratifs

Arts décoratifs, modes et commerce : présenter, vendre et promouvoir

 

Organisé par Rossella Froissart, Jérémie Cerman, Amélie Gastaut et Sébastien Quéquet.

Le jeudi 25 avril 2024, de 9h30 à 17h.

Musée des Arts Décoratifs.

La troisième Rencontre des Arts Décoratifs saisit l’occasion de l’organisation de l’exposition « La naissance des grands magasins. Mode, design, jouet, publicité. 1852-1925 » pour élargir la perspective et explorer les liens entre le commerce et les productions artistiques associées aux usages de la vie quotidienne – ameublement, céramique, bijoux, textiles…
Depuis la fin du xviiie siècle, qui voit les débuts de la « révolution » de la consommation, à l’entre-deux-guerres, marqué par l’essor des galeries, nous nous pencherons sur quelques-uns des phénomènes saillants du commerce et de la circulation des biens de « luxe » ou de « demi-luxe ». Le champ entier des arts décoratifs est concerné, de l’objet domestique de facture modeste – de fabrication sérielle et mécanisée – à l’objet d’art n’ayant d’autre fonction que celle d’ « orner » l’intérieur ou la personne, œuvre unique à visée clairement esthétique.

Pour plus d’informations sur le programme

Langues juives dans l’espace méditerranéen

Langues juives dans l’espace méditerranéen

Colloque international

 

Colloque organisé par Judith Olszowy-Schlanger, en partenariat avec l’Inalco, le CERMON-Inalco, l’Institut des langues rares et l’Université d’Oxford.

Le jeudi 28 mars 2024, à partir de 9h30

Auditorium, Musée d’art et d’histoire du Judaïse

Pour s’inscrire et pour toutes information complémentaire

Pour plus d’informations sur cet événement

Programme complet à télécharger

L’expert, détenteur et acteur du savoir du Moyen Âge à nos jours

L’expert, détenteur et acteur du savoir du Moyen Âge à nos jours

VIe journée d’études doctorales du laboratoire Savoirs et Pratiques, du Moyen Âge à l’époque contemporaine

Journée organisée par Pauline DESCHAMPS-KAHN, Valérie FONT, Valentin KERVINIO, Lada MURAVEVA et Evguenia TIMOFEVA

 

Le vendredi 23 février 2024, de 10h à 18h, en Sorbonne, Escalier E, 1er étage

La journée d’études doctorales du laboratoire Saprat est consacrée à L’expert, détenteur du savoir du Moyen-Age à nos jours. Si la notion d’expert a évolué entre le Moyen Âge et l’époque contemporaine, tout comme la teneur de son savoir, nous nous attacherons à suivre cette progression depuis le technicien méticuleux aux compétences spécifiques et faisant preuve d’une grande dextérité dans son métier jusqu’à une plus grande théoricité de la connaissance, sans dimension matérielle.

Nous proposerons de définir les termes attachés à la figure de l’expert dans une première session consacrée à la terminologie et figure de l’expert. Ensuite, nous questionnerons la formation et le rôle de l’expert, garant d’un savoir-faire, dans la deuxième session. La troisième session analysera le rôle de l’expert dans la diffusion de la connaissance à des publics non-avertis. Enfin, la quatrième session sera l’occasion de constater que de tout temps l’expert a engagé sa responsabilité et vu la légitimité de son savoir remise en cause.

Pour plus d’informations sur le programme

Patrimoines brodés du Moyen Âge et de la Renaissance

Patrimoines brodés du Moyen Âge et de la Renaissance : Du recensement à l’étude

Lundi 4 et mardi 5 mars 2024

Paris (INHA, salle Vasari / C2RMF, auditorium) Sens (musées, salle du Jubé)

Journées organisées par Astrid Castres

Ces journées d’étude s’inscrivent dans le cadre d’un projet de catalogue numérique des broderies des collections françaises (1200-1600). Porté par le laboratoire Saprat (EPHE-PSL) et financé par la Ville de Paris dans le cadre du dispositif Émergence(s), il réunit une équipe de chercheurs soutenue par le réseau des musées de France, de l’Inventaire et des Monuments historiques.

L’objectif de la rencontre est de rassembler des historiens de la broderie venus de différents pays et spécialités afin de dresser un état des lieux des méthodes et approches mises en œuvre pour recenser, étudier et faire connaître ce patrimoine textile qui demeure mal connu et peu étudié à ce jour. Le projet sera présenté à cette occasion ainsi qu’un état de la recherche sur les broderies du trésor de la cathédrale de Sens qui relèvent de la première tranche de l’enquête.

 

Informations complémentaires :

Entrée gratuite. Inscription obligatoire en écrivant à journees.broderies@gmail.com (merci d’indiquer si vous souhaitez assister à la journée du 4 mars, à celle du 5 mars ou aux deux).

 

Pour plus d’informations sur le programme

La culture matérielle sur les routes de l’Atlantique

La culture matérielle sur les routes de l’Atlantique : Rencontres d’hommes, de cultures et des objets

Paris, Institut national d’histoire de l’art, Salle Vasari

21 février, 2024

Programme

9.30: accueil et introduction

Maddalena Bellavitis (Equipe Saprat, EPHE – PSL) and José Manuel Santos Pérez (Centro de Estudios Brasileños, Universidad de Salamanca)

 

9.45: session du matin

Alicia Sempere Marín and Ignacio José García Zapata, Universidad de Murcia

Jesuits’ travel journal from New Spain to Europe. Routes, stops and acquisitions of devotional objects in 1757

Genevieve Warwick, University of Edinburgh

Jewelled currency: glass conterie in the first age of circumnavigation

Charikleia (Haris) Makedonopoulou, NTU Athens / ETH Zurich

Tracing the multiple journeys of the palm tree between the East and the West                                            


 Rebecca Legrand, Fanny Bulté, Université de Lille

The taste of others: between fear and fascination

Patrícia Gomes da Silveira, Colégio Pedro II/Universidade do Estado do Rio de Janeiro (online)

William John Burchell and the representation of Brazilian landscape in his expedition                            


14.30: session de l’après-midi  

Carmen Espejo-Cala, Universidad de Sevilla, and Paul Firbas, Stony Brook University, New York

Conexiones entre las imprentas de lima y Sevilla (siglos XVI y XVII): agentes y actores-red

Eduardo Corona Pérez, Universidad de Sevilla

En los albores de la fundación y de la fiebre del oro: los hombres y mujeres que hicieron Vila Rica de Ouro Preto

Lauren Beck, Mount Allison University

Viewing Spain from the Americas: Indigenous Perspectives, Experiences, and Sources


Britt Dams, Ghent University / Université Paul Valéry

I am a better Christian than you are », the remarkable epistolary exchange between two Potiguara leaders, Pedro Poti and Felipe Camarão

Eduardo Cesar Valuche Oliveira Brito, Universidade Federal Fluminense (UFF-Brasil)

As “Missões de Marinheiros” no Atlântico anglo-americano: a cultura material protestante na virada dos séculos XVIII e XIX

Ana-Marianela Rochas-Porraz, ÉNSA Versailles

Images d’expatriation de la France au Mexique : le fonds photographique de l’architecte Fernand Marcon (1877-1962)

 

17.30: Discussion et conclusions

Programme complet à télécharger

Vœux, cadeaux et étiquette

Vœux, cadeaux et étiquette : comment la diplomatie s’exprimait à travers les banquets

Paris, Tour Jean Sans Peur

20 février 2024

Programme

10.00: accueil et introduction

Maddalena Bellavitis (EPHE – PSL), Loïc Bienassis (Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation IEHCA/Université de Tours), Milan Svoboda (Charles University Prague)

10.15: session du matin

Anthony Musson, Historic Royal Palaces

The Diplomacy of Feasting at the Court of King Henry VIII

Johanna Sinclair, University of Oxford

Unity and Disunity in the Marriage Banquets for Henry IV and Maria de’ Medici


Attila Györkös, University of Debrecen

Spectacles pour Forger une Identité Commune

Anne Bloemacher, University of Münster

Formes fluides – Matière ambiguë. La vaisselle et l’eau


15.00: session de l’après-midi

Marie-Emmanuelle Torres, Aix-Marseille Université

Musiques, sons et diplomatie dans le banquet impérial à Byzance (10e -12e s.)

David Brégaint, NTNU Norway

Royal banquets in medieval Norway: A showcase for diplomatic integration.


Ewelina Sikora, Central European University

According to their honor and humor: reception banquets in Poland- Lithuania’s diplomatic relations in the late seventeenth century

Limor Yungman and Johannes S. Lotze, The Hebrew University of Jerusalem

Stun them, frighten them, and feed them: Gastrodiplomatic strategies in Samanid and Kitan-Liao courts

17.00: Discussion et conclusions

Programme complet à télécharger

♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣

La Tour sera fermée au public, donc ceux qui souhaitent assister à la journée d’études sont priés envoyer un e-mail à maddalena.bellavitis@gmail.com

Appel à communications

Appel à communications

Journée transversale de l’ED 472 de l’EPHE – PSL

L’École Pratique des Hautes Études est heureuse d’annoncer l’édition 2024 de la Journée transversale des doctorant.e.s, qui se tiendra le 14 mai 2024 à Paris sur le thème :

« Critiquer ou discriminer »

Si les notions de critique et de discrimination sont connotées négativement au premier abord, ces deux termes sont avant tout des processus d’acquisition de connaissances relevant de choix. Leur racine grecque est commune et se traduit par l’idée de juger, d’interpréter mais aussi de distinguer, de trancher. Les termes « critiquer » et « discriminer » conservent tout cette envergure : ils peuvent procéder de la prise de position subjective comme du choix disciplinaire et scientifique.

En Science(s), la critique désigne le processus de distinction d’un choix motivé par l’exercice de la raison. La discrimination relève aussi d’un mécanisme de distinction, mais peut recouvrir plusieurs dimensions : elle n’est pas nécessairement justifiée par l’exercice de la raison et garde une proximité sémantique certaine avec la faute ou le crime. En sciences religieuses, historiques ou de la vie et de la terre, ces deux notions sont omniprésentes, tant d’un point de vue méthodologique, qu’historiographique et historique.

Les doctorant.e.s des trois mentions de l’École Doctorale 472 sont ainsi invité.e.s à raisonner et communiquer sur l’ambiguïté de ces deux termes, la façon dont ils s’unissent ou se contredisent, et à mobiliser, entre autres, l’un des axes suivants pour étayer leur réflexion sur le thème proposé :

• Discriminer, critiquer, pour produire un savoir

Discriminer et critiquer, c’est élaborer des outils de compréhension du monde. Ce sont deux processus distinctifs qui permettent d’aboutir à une catégorisation des données. De surcroît, discriminer et critiquer ont le même but : construire un sujet à travers des choix méthodologiques. Discriminer et critiquer sont donc deux notions proches qu’il est néanmoins possible de confronter. Les communications pourront par exemple porter sur les méthodes d’acquisition des connaissances en relation avec la discrimination et la critique ou encore sur l’épistémologie des termes discriminer et critiquer. Les interventions proposant une approche linguistique sont également bienvenues.

• Discriminer au nom d’un savoir, critiquer au nom du savoir

On pourra s’intéresser aux processus de discrimination et de critique à l’échelle des rapports au sein d’un ensemble. Discriminer renvoie alors au traitement différencié selon des critères relevant d’un savoir érigé en norme intangible, qui peut, dès lors, être considéré comme arbitraire. Au contraire, la critique continue d’interroger, de vérifier et de justifier ces critères, et peut ainsi remettre en cause et contester la discrimination.

• Discriminer et critiquer, sources de renouvellement des sciences :

Le progrès des sciences est conditionné par les processus de discrimination et de critique. C’est effectivement en étudiant les phénomènes discriminatoires que l’on peut comprendre les valeurs qui régissent une société et qui déterminent toute approche scientifique. En outre, la discrimination et la critique de concepts ou de modèles explicatifs antérieurs constituent une dynamique essentielle du progrès scientifique. Les communications basées sur ce troisième axe pourront adopter une approche cognitive, épistémologique, sociale ou bien historique.

Format
Les communications, en français, n’excèderont pas 20 minutes et seront suivies d’un temps de discussion, sous la forme de tables rondes. Les propositions sont à envoyer sous forme de résumé (300 mots maximum) avant le 3 mars 2024 à l’adresse journee.transversale.2024@ephe.psl.eu
Les actes de la Journée Transversale feront l’objet d’une publication.
12 communications seront retenues pour la présentation orale. Les autres propositions seront invitées à réaliser un poster de leur présentation afin de pouvoir les exposer lors des moments conviviaux de la journée d’études.

Comité scientifique :

Daphné Baudon, Carlo Emilio Biuzzi, Arthur Deconynck, Joshua Ducancel, Dauphine de Haldat, Inès Keuter, Paul Knall-Demars, Illia Kovalenko, Maël Le Gouellec, Léa Legouix, Valentine Louis, Philomène Renard, Mélanie Sorstein, Fanny Stibbe et Léa van Hulle.

 

ED 472

Carnet hypothèse ED 472

Les Chantiers des Carrache

Colloque organisé par Michel Hochmann.

Le jeudi 9 novembre 2023, de 9h30 à 17h30, École Française de Rome – Piazza Navona, 62, Salle de conférence

 

Le colloque Les Chantiers des Carrache est la première rencontre publique organisée par le comité de pilotage du projet de recherche « Carracci ConservArt : visualiser et comprendre la Galerie des Carrache à travers sa fortune critique, sa conservation et sa restauration. XVIIe-XXIe siècle. », qui a récemment obtenu un financement de l’Agence nationale de la Recherche (ANR).

La Galerie des Carrache du Palais Farnese a été réalisée entre 1597 et 1608 par les frères Annibale et Agostino Carracci. Leurs fresques sur une magnifique voûte de 20 mètres, illustrent, entre autres, des personnages issus des Métamorphoses d’Ovide. Entre jeux d’optique et perspectives, ce décor abrite sculpture, peinture et architecture en un triomphe de lumière, de formes et de couleurs qui depuis plus de 400 ans émerveillent et fascinent les observateurs.

Lancé en 2022, en partenariat avec plusieurs institutions, le projet de recherche Carracci ConservArt se propose d’analyser et publier les données inédites de la restauration de la Galerie des Carrache au Palais Farnèse, qui a eu lieu en 2015 ; en croisant les résultats techniques et scientifiques aux recherches historico-critiques effectuées sur l’œuvre, et en les complétant par l’étude des graffiti retrouvés dans la Galerie lors de cette restauration. Ces grafitti ont d’ailleurs fait l’objet d’un colloque ouvert au public en avril 2023, à la Villa Médicis.

L’atelier de recherche du 8 novembre, fermé au public, à l’Académie de France – Villa Médicis a pour but de réunir tous les membres et les groupes de recherche participant au projet Carracci ConservArt.

Cette rencontre sera suivie par la journée d’étude ouverte au public, le 9 novembre, qui aura lieu à l’École française de Rome. Dédiée aux Chantiers des Carrache, cette journée sera l’occasion de présenter les études et les recherches consacrées à la question de la technique d’exécution des Carrache, dans les grands chantiers en dehors de Rome.

>> Pour plus d’informations sur cet événement et le programme

Spectacles et diplomatie.

Conférences et congrès de paix du XVe siècle au début du XXe siècle

Appel à communication

 

Colloque organisé par l’équipe Saprat (EPHE-PSL), à Paris et Versailles, les 25, 26 et 27 septembre 2024

2024_Le_Congrès_ _[estampe]_Forceval_(17_btv1b69546313_1
Le Congrès s’amuse, [estampe] par Forceval. Source: gallica.bnf.fr. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (73)-FT 4

 

De la « Guerre de Cent ans » à la fin de la Première Guerre mondiale, d’Arras, en 1435, à Paris et Versailles, en 1919, les rencontres diplomatiques organisées en vue de la paix sont, à l’aune des guerres, fort nombreuses en Europe. Les sources médiévales mentionnent seulement le terme générique de « conférences » pour évoquer des réunions où des émissaires traitent de voies de paix. Le mot de « congrès » diplomatique, la forme même qui lui est associée, n’apparaissent véritablement qu’à partir du milieu du XVIIe siècle. Au XIXe siècle, conférences et congrès sont ensuite marqués, entre autres, par la montée en puissance des États-nations, l’émergence de la diplomatie de concert et le rôle croissant de l’anglais. Les lieux, les acteurs, l’organisation, les modes de sociabilité et la durée de ces rencontres varient donc considérablement du XVe siècle au début du XXe siècle. Elles se caractérisent néanmoins par le souci commun, sinon réel du moins proclamé, d’éviter ou de clore des conflits. Les rencontres les plus importantes, rassemblées à titre indicatif dans la liste ci-dessous, affrontent des enjeux cruciaux, visent une stabilisation ou une inflexion décisive dans les relations entre puissances et ont laissé une empreinte durable dans la mémoire collective.

Congrès et conférences de paix sont aussi des événements extraordinaires aux multiples facettes. À l’instar des rencontres princières à l’époque moderne, pour lesquelles Jean-Marie le Gall a discerné une vaste gamme de divertissements (mystères, entrées, joutes, tournois, carrousels, ballets équestres, bals, ballets, représentations théâtrales, concerts, opéras et autres formes lyriques, jeux et courses d’animaux, feux d’artifices et illuminations), les congrès et conférences de paix sont ainsi l’occasion de spectacles nombreux et variés. Le présent colloque entend les étudier dans une perspective comparatiste, typologique et diachronique, tout en mettant en valeur le caractère unique des différentes performances spectaculaires.

Le sujet a déjà suscité l’intérêt des historiens de la diplomatie. Plusieurs études importantes consacrées aux rencontres entre princes, à l’époque médiévale et à l’époque moderne, ainsi qu’aux congrès, ont mis en évidence le nombre, la diversité et l’importance des fêtes publiques, des célébrations et des rituels religieux à ces occasions. On se réfère ici aux travaux fondateurs de Lucien Bély sur les congrès, en particulier celui d’Utrecht (Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, 1990), à un colloque récent explorant de façon systématique les interactions entre les congrès et les villes d’accueil (Christian Windler [éd.], Kongressorte der frühen Neuzeit im europäischen Vergleich : der Frieden von Baden (1714), 2016), ou encore aux analyses de la dimension sonore, notamment musicale, de la diplomatie (voir par exemple Damien Mahiet, Rebekah Ahrendt et Frédéric Ramel (éd.), Diplomacy, audible and resonant, dossier de Diplomatica, vol. 3/2, 2021). De manière générale, l’histoire de la diplomatie, en intégrant dans ses terrains d’enquête des acteurs beaucoup plus nombreux, prend désormais plus en considération les artistes, jongleurs, danseurs, acteurs, peintres et musiciens intervenant dans les conférences et les congrès. L’organisation de certains spectacles, concerts et pièces de théâtre notamment, a été analysée en profondeur. Néanmoins, les spécialistes de la diplomatie ont généralement envisagé ces pratiques comme une forme d’à-côté, sous l’angle du divertissement, éventuellement avec une portée symbolique. Une approche d’ensemble de la typologie, des rôles et de l’évolution des pratiques spectaculaires en contexte diplomatique fait encore défaut.

Du côté de l’histoire des spectacles, qui s’est, dans le même temps, également constituée en véritable discipline, les congrès et les conférences de paix n’ont pas fait l’objet de travaux spécifiques. Ce sont principalement des musicologues qui s’y sont intéressés, dans le cadre plus large de l’étude des rapports entre musique et politique, ce qu’illustre par exemple le colloque « Musique et sorties de guerres (XIXe-XXIe siècles) » tenu à Montréal en 2018.

En se situant au croisement des études sur les spectacles, la diplomatie, l’histoire de la musique, du théâtre, des arts picturaux et de la danse, ce colloque entend par conséquent favoriser le dialogue entre plusieurs historiographies qui ont, depuis plusieurs décennies maintenant, été très vivement renouvelées. Plusieurs axes complémentaires seront privilégiés pour envisager l’ensemble des pratiques spectaculaires dans les conférences et congrès.

Il s’agira tout d’abord de déterminer qui sont les acteurs de ces spectacles. Si la séparation entre professionnels et amateurs est délicate et n’a pas forcément de sens à toutes les époques, la prise en considération des individus impliqués est fondamentale. Participants et publics – ces deux catégories pouvant se mêler – seront appréhendés de concert.

Tout aussi importante est la question des lieux où se déroulent les spectacles. Les lieux de la négociation diplomatique sont-ils transformés pour accueillir des spectacles ou bien les envoyés diplomatiques sont-ils amenés à se transporter ailleurs, dans des lieux de spectacle ? Des sites tant naturels qu’urbains sont-ils utilisés ?

Cette réflexion sur les acteurs et les lieux conduit à s’interroger sur les négociations préalables à la tenue des spectacles. Qui décide ? Selon quel calendrier ? Qui paie ? Une approche économique des spectacles est indispensable. L’étude de ces divers points conduit à explorer comment culture « spectaculaire » et culture diplomatique s’interpénètrent, comment les pratiques liées à ces deux types d’activités coexistent et s’influencent.

L’étude du répertoire (mot à prendre ici au sens large) est à ce titre essentielle. Si on parle ou on chante, quelle langue est-elle choisie ? Cherche-t-on à innover, à proposer des créations ou a-t-on recours à des formes de spectacles plus traditionnelles ?

La réflexion portera également sur la portée symbolique des spectacles. Quels discours véhiculent-t-ils ? Comment s’harmonisent-ils avec ceux qui forment la matière même du travail diplomatique? La manière dont celui-ci se poursuit lors des spectacles est du reste une question centrale pour le colloque. La soulever conduit à évaluer le bénéfice politique attendu et apporté par les spectacles – une question liée à celle de la réception (ou à l’oubli) de ces spectacles, tant chez les contemporains qu’à plus long terme.

Des sources aussi nombreuses que variées pourront être mobilisées pour traiter ce sujet : livres de cérémonies, correspondances diplomatiques, journaux d’ambassades, documents comptables, iconographie, journaux intimes, presse, sources matérielles (costumes, éléments de décors, lieux où ont eu lieu les spectacles), etc.

Les propositions de communication, d’une taille maximum de 2000 signes et accompagnées d’une présentation biographique d’une demi-page, sont à envoyer avant le 30 octobre 2023 à maddalena.bellavitis@ephe.psl.eu; jean-claude.yon@ephe.psl.eu; stephane.pequignot@ephe.psl.eu.

Elles seront examinées par le comité scientifique du colloque et une réponse sera apportée avant le 20 décembre 2023.

Pour télécharger l’appel à communication

Comité scientifique

Lucien Bély (Sorbonne Université)
Marie Bouhaïk-Girones (CNRS)
Yves Bruley (EPHE-PSL)
Astrid Castres (EPHE-PSL)
Veronique Dominguez (Université de Nantes)
Laurent Hablot (EPHE-PSL)
Beate Angelika Kraus (Beethoven-Haus, Vienne)
Guy-Michel Leproux (EPHE-PSL)
Jean-Marie Moeglin (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)
Cécile Reynaud (EPHE-PSL)