Archives par mot-clé : Journée d’études

Le peintre à l’œuvre

Le peintre à l’œuvre : savoirs, méthodes et techniques (Europe méridionale, XVIIe et XVIIIe siècles)

Journée d’étude internationale

 

Journée d’étude internationale organisée par Pierre Marty dans le cadre du programme Pictor 2.

 

Le 24 mai 2024, de 14h à 17h, à l’Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari. 2 rue Vivienne, Paris 2e.

>> Pour plus d’informations sur le programme

Arts décoratifs, modes et commerce

Les Rencontres des Arts Décoratifs

Arts décoratifs, modes et commerce : présenter, vendre et promouvoir

 

Organisé par Rossella Froissart, Jérémie Cerman, Amélie Gastaut et Sébastien Quéquet.

Le jeudi 25 avril 2024, de 9h30 à 17h.

Musée des Arts Décoratifs.

La troisième Rencontre des Arts Décoratifs saisit l’occasion de l’organisation de l’exposition « La naissance des grands magasins. Mode, design, jouet, publicité. 1852-1925 » pour élargir la perspective et explorer les liens entre le commerce et les productions artistiques associées aux usages de la vie quotidienne – ameublement, céramique, bijoux, textiles…
Depuis la fin du xviiie siècle, qui voit les débuts de la « révolution » de la consommation, à l’entre-deux-guerres, marqué par l’essor des galeries, nous nous pencherons sur quelques-uns des phénomènes saillants du commerce et de la circulation des biens de « luxe » ou de « demi-luxe ». Le champ entier des arts décoratifs est concerné, de l’objet domestique de facture modeste – de fabrication sérielle et mécanisée – à l’objet d’art n’ayant d’autre fonction que celle d’ « orner » l’intérieur ou la personne, œuvre unique à visée clairement esthétique.

Pour plus d’informations sur le programme

L’expert, détenteur et acteur du savoir du Moyen Âge à nos jours

L’expert, détenteur et acteur du savoir du Moyen Âge à nos jours

VIe journée d’études doctorales du laboratoire Savoirs et Pratiques, du Moyen Âge à l’époque contemporaine

Journée organisée par Pauline DESCHAMPS-KAHN, Valérie FONT, Valentin KERVINIO, Lada MURAVEVA et Evguenia TIMOFEVA

 

Le vendredi 23 février 2024, de 10h à 18h, en Sorbonne, Escalier E, 1er étage

La journée d’études doctorales du laboratoire Saprat est consacrée à L’expert, détenteur du savoir du Moyen-Age à nos jours. Si la notion d’expert a évolué entre le Moyen Âge et l’époque contemporaine, tout comme la teneur de son savoir, nous nous attacherons à suivre cette progression depuis le technicien méticuleux aux compétences spécifiques et faisant preuve d’une grande dextérité dans son métier jusqu’à une plus grande théoricité de la connaissance, sans dimension matérielle.

Nous proposerons de définir les termes attachés à la figure de l’expert dans une première session consacrée à la terminologie et figure de l’expert. Ensuite, nous questionnerons la formation et le rôle de l’expert, garant d’un savoir-faire, dans la deuxième session. La troisième session analysera le rôle de l’expert dans la diffusion de la connaissance à des publics non-avertis. Enfin, la quatrième session sera l’occasion de constater que de tout temps l’expert a engagé sa responsabilité et vu la légitimité de son savoir remise en cause.

Pour plus d’informations sur le programme

Patrimoines brodés du Moyen Âge et de la Renaissance

Patrimoines brodés du Moyen Âge et de la Renaissance : Du recensement à l’étude

Lundi 4 et mardi 5 mars 2024

Paris (INHA, salle Vasari / C2RMF, auditorium) Sens (musées, salle du Jubé)

Journées organisées par Astrid Castres

Ces journées d’étude s’inscrivent dans le cadre d’un projet de catalogue numérique des broderies des collections françaises (1200-1600). Porté par le laboratoire Saprat (EPHE-PSL) et financé par la Ville de Paris dans le cadre du dispositif Émergence(s), il réunit une équipe de chercheurs soutenue par le réseau des musées de France, de l’Inventaire et des Monuments historiques.

L’objectif de la rencontre est de rassembler des historiens de la broderie venus de différents pays et spécialités afin de dresser un état des lieux des méthodes et approches mises en œuvre pour recenser, étudier et faire connaître ce patrimoine textile qui demeure mal connu et peu étudié à ce jour. Le projet sera présenté à cette occasion ainsi qu’un état de la recherche sur les broderies du trésor de la cathédrale de Sens qui relèvent de la première tranche de l’enquête.

 

Informations complémentaires :

Entrée gratuite. Inscription obligatoire en écrivant à journees.broderies@gmail.com (merci d’indiquer si vous souhaitez assister à la journée du 4 mars, à celle du 5 mars ou aux deux).

 

Pour plus d’informations sur le programme

Vœux, cadeaux et étiquette

Vœux, cadeaux et étiquette : comment la diplomatie s’exprimait à travers les banquets

Paris, Tour Jean Sans Peur

20 février 2024

Programme

10.00: accueil et introduction

Maddalena Bellavitis (EPHE – PSL), Loïc Bienassis (Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation IEHCA/Université de Tours), Milan Svoboda (Charles University Prague)

10.15: session du matin

Anthony Musson, Historic Royal Palaces

The Diplomacy of Feasting at the Court of King Henry VIII

Johanna Sinclair, University of Oxford

Unity and Disunity in the Marriage Banquets for Henry IV and Maria de’ Medici


Attila Györkös, University of Debrecen

Spectacles pour Forger une Identité Commune

Anne Bloemacher, University of Münster

Formes fluides – Matière ambiguë. La vaisselle et l’eau


15.00: session de l’après-midi

Marie-Emmanuelle Torres, Aix-Marseille Université

Musiques, sons et diplomatie dans le banquet impérial à Byzance (10e -12e s.)

David Brégaint, NTNU Norway

Royal banquets in medieval Norway: A showcase for diplomatic integration.


Ewelina Sikora, Central European University

According to their honor and humor: reception banquets in Poland- Lithuania’s diplomatic relations in the late seventeenth century

Limor Yungman and Johannes S. Lotze, The Hebrew University of Jerusalem

Stun them, frighten them, and feed them: Gastrodiplomatic strategies in Samanid and Kitan-Liao courts

17.00: Discussion et conclusions

Programme complet à télécharger

♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣    ♣

La Tour sera fermée au public, donc ceux qui souhaitent assister à la journée d’études sont priés envoyer un e-mail à maddalena.bellavitis@gmail.com

Appel à communications

Appel à communications

Journée transversale de l’ED 472 de l’EPHE – PSL

L’École Pratique des Hautes Études est heureuse d’annoncer l’édition 2024 de la Journée transversale des doctorant.e.s, qui se tiendra le 14 mai 2024 à Paris sur le thème :

« Critiquer ou discriminer »

Si les notions de critique et de discrimination sont connotées négativement au premier abord, ces deux termes sont avant tout des processus d’acquisition de connaissances relevant de choix. Leur racine grecque est commune et se traduit par l’idée de juger, d’interpréter mais aussi de distinguer, de trancher. Les termes « critiquer » et « discriminer » conservent tout cette envergure : ils peuvent procéder de la prise de position subjective comme du choix disciplinaire et scientifique.

En Science(s), la critique désigne le processus de distinction d’un choix motivé par l’exercice de la raison. La discrimination relève aussi d’un mécanisme de distinction, mais peut recouvrir plusieurs dimensions : elle n’est pas nécessairement justifiée par l’exercice de la raison et garde une proximité sémantique certaine avec la faute ou le crime. En sciences religieuses, historiques ou de la vie et de la terre, ces deux notions sont omniprésentes, tant d’un point de vue méthodologique, qu’historiographique et historique.

Les doctorant.e.s des trois mentions de l’École Doctorale 472 sont ainsi invité.e.s à raisonner et communiquer sur l’ambiguïté de ces deux termes, la façon dont ils s’unissent ou se contredisent, et à mobiliser, entre autres, l’un des axes suivants pour étayer leur réflexion sur le thème proposé :

• Discriminer, critiquer, pour produire un savoir

Discriminer et critiquer, c’est élaborer des outils de compréhension du monde. Ce sont deux processus distinctifs qui permettent d’aboutir à une catégorisation des données. De surcroît, discriminer et critiquer ont le même but : construire un sujet à travers des choix méthodologiques. Discriminer et critiquer sont donc deux notions proches qu’il est néanmoins possible de confronter. Les communications pourront par exemple porter sur les méthodes d’acquisition des connaissances en relation avec la discrimination et la critique ou encore sur l’épistémologie des termes discriminer et critiquer. Les interventions proposant une approche linguistique sont également bienvenues.

• Discriminer au nom d’un savoir, critiquer au nom du savoir

On pourra s’intéresser aux processus de discrimination et de critique à l’échelle des rapports au sein d’un ensemble. Discriminer renvoie alors au traitement différencié selon des critères relevant d’un savoir érigé en norme intangible, qui peut, dès lors, être considéré comme arbitraire. Au contraire, la critique continue d’interroger, de vérifier et de justifier ces critères, et peut ainsi remettre en cause et contester la discrimination.

• Discriminer et critiquer, sources de renouvellement des sciences :

Le progrès des sciences est conditionné par les processus de discrimination et de critique. C’est effectivement en étudiant les phénomènes discriminatoires que l’on peut comprendre les valeurs qui régissent une société et qui déterminent toute approche scientifique. En outre, la discrimination et la critique de concepts ou de modèles explicatifs antérieurs constituent une dynamique essentielle du progrès scientifique. Les communications basées sur ce troisième axe pourront adopter une approche cognitive, épistémologique, sociale ou bien historique.

Format
Les communications, en français, n’excèderont pas 20 minutes et seront suivies d’un temps de discussion, sous la forme de tables rondes. Les propositions sont à envoyer sous forme de résumé (300 mots maximum) avant le 3 mars 2024 à l’adresse journee.transversale.2024@ephe.psl.eu
Les actes de la Journée Transversale feront l’objet d’une publication.
12 communications seront retenues pour la présentation orale. Les autres propositions seront invitées à réaliser un poster de leur présentation afin de pouvoir les exposer lors des moments conviviaux de la journée d’études.

Comité scientifique :

Daphné Baudon, Carlo Emilio Biuzzi, Arthur Deconynck, Joshua Ducancel, Dauphine de Haldat, Inès Keuter, Paul Knall-Demars, Illia Kovalenko, Maël Le Gouellec, Léa Legouix, Valentine Louis, Philomène Renard, Mélanie Sorstein, Fanny Stibbe et Léa van Hulle.

 

ED 472

Carnet hypothèse ED 472

Collecting, Growing, and Exploring in Early Modernity

 

Collecting, Growing, and Exploring in Early Modernity

Journée d’étude internationale

 

 

 

 

 

Paris, EPHE Sorbonne, salle J. Delamarre D059, 11 June 2024

Au cours des dernières décennies, de nombreuses études ont été consacrées à la relation entre collectionnisme et science, mettant en évidence le lien entre l’intérêt croissant pour la botanique et la fascination pour les collections de naturalia, en particulier à partir du milieu du XVIe siècle. Ces objets d’origine naturelle ont suscité l’admiration des amateurs et des scientifiques. Cette passion pour le collectionnisme s’est étendue à différents secteurs de la société: le jardin académique de l’Université de Leyde comprenait un ambulacrum abritant des spécimens de plantes séchées, des fossiles et des animaux taxidermisés (Egmond 2010); les artistes conservaient des collections d’objets rares non seulement pour les utiliser dans leur atelier, mais aussi pour satisfaire leur curiosité personnelle (Rijks 2022); et la collection de coquillages de Petronella de la Court était représentée dans sa maison de poupée très prisée, et mentionnée à plusieurs reprises dans le texte fondateur de Georg Eberhard Rumphius, D’Amboinsche Rariteitkamer (Powell-Warren 2023). En effet, l’intérêt pour les collections a même engendré son propre genre de peinture de natures mortes. L’intérêt pour ces merveilles de la nature et le désir de les posséder dépassent souvent la “simple” collecte de spécimens, d’échantillons séchés ou de coquillages obtenus lors d’échanges et d’achats. En effet, ils pouvaient souvent aller jusqu’à pousser ceux qui possédaient des jardins ou des parcs à se lancer dans des expériences botaniques qui conduisaient à tenter de faire pousser des fleurs et des fruits tropicaux, même si c’était dans des climats défavorables et sur des terrains hostiles, et même à promouvoir des expéditions scientifiques pour étudier et collecter des spécimens dans des contrées lointaines et exotiques.

Des études plus récentes ont soulevé et traité plusieurs questions concernant les pratiques de collecte, l’intersection entre la collecte et la science, et même la participation des femmes à la création de collections. Parmi d’autres ouvrages novateurs, les suivants peuvent être mentionnées Possessing Nature (Findlen 1994); Visible Empire. Colonial Botany and Visual Culture in the Hispanic Enlightenment (Bleichmar 2012); Objects in Motion in the Early Modern World (Bleichmar et Martin (eds.) 2015); Conchophilia (Bass et al. 2021); Rarities of these Lands (Swan 2021); et Women and the Art and Science of Collecting (Leis et Wells, eds., 2021). Ce qui n’a pas encore été exploré, c’est la mesure dans laquelle la collection et l’expérimentation et l’exploration scientifiques étaient liées au début de la période moderne, si tant est qu’elles l’aient été.

Cette journée d’étude vise donc à attirer l’attention sur les collections de naturalia, d’une part, et sur les tentatives de cultiver des plantes exotiques en Europe et les voyages aventureux que la recherche de plantes et d’animaux tropicaux a encouragés, de l’autre. Les organisatrices de cet atelier (Maddalena Bellavitis et Catherine Powell-Warren) invitent à des contributions interdisciplinaires abordant le sujet du point de vue de chaque discipline, de l’histoire de l’art à la culture matérielle, de la botanique à la gastronomie, de la littérature de voyage à la cartographie. Les propositions dont le protagoniste est une femme sont particulièrement encouragées, car l’importance de la contribution féminine à ce sujet, bien que démontrée, reste insuffisamment étudiée et publiée.

Pour être pris en considération, veuillez fournir un document pdf comprenant une proposition d’une page en anglais pour une présentation de 20 minutes d’une recherche originale et non publiée, ainsi qu’une courte biographie. Les candidatures peuvent être envoyées avant le 15 janvier 2024 à maddalena.bellavitis@gmail.com. Les participants seront informés au début du mois de février.

Journée d’études doctorales du laboratoire Saprat

Appel à communication

Journée d’études doctorales du laboratoire Saprat

Dans le cadre de la journée d’études doctorales de l’équipe d’accueil Saprat, nous effectuons un appel à communication auprès des doctorants du laboratoire. Cette année, le thème retenu est celui de l’expert et nous nous interrogerons sur son statut, ses compétences et son rôle.

L’expert, détenteur et acteur du savoir du Moyen Âge à nos jours

L’étude de la figure de l’expert ne semble être que peu développée en histoire en dehors du XXe siècle. Bien que présent dès le XIVe siècle, le terme d’esper – tiré du latin expertus – recoupe les notions d’un savoir « éprouvé, aguerri, qui a fait ses preuves » dans un domaine particulier. La notion d’expert, la teneur de son savoir ou ceux qui lui confèrent ce statut ont évolué depuis le Moyen Âge. L’articulation entre le savoir, sa mise en valeur ou la reconnaissance d’un groupe pour les compétences d’un individu ouvrent sur de nombreux axes possibles de réflexions.
Le détenteur d’une compétence et d’un savoir – qu’ils soient linguistique, artistique, scientifique, politique, philologique ou artisanal par exemple – se forment par l’apprentissage et l’emploi de connaissances et de techniques. Acquises de manière pratique ou théorique par son possesseur, ces connaissances sont alors considérées comme suffisamment savantes pour être sollicitées sur des points inhérents à son domaine d’expertise et de compétence. Au terme de sa formation, il peut mettre en œuvre au service d’un commanditaire – particulier, groupe ou puissance régalienne – son savoir constitué auprès d’un pair ou grâce à l’expérience et l’expérimentation.
Le statut d’expert vient se renforcer par ces nouvelles sollicitations, cadre dans lequel il peut mettre en pratique son savoir. Il se positionne alors comme référence et conseiller dans son domaine d’expertise, mais il n’est pas pour autant à l’abri d’une confrontation et d’une remise en question de sa position et des normes qu’il emploie, par exemple par la présence d’une autre école ou génération d’experts.
Les différents éléments présentés ici ne sont que quelques pistes d’ouverture et de réflexions autour de la notion d’expert, ils souhaitent ouvrir aussi de nouvelles pistes de réflexion qui soient adaptées aux recherches de chaque membre du laboratoire dans toute leur diversité. L’étude de la notion à travers le temps et les domaines de compétence de chacun permettra d’esquisser des tendances sur la nature des savoirs valorisés, la place et le rôle de l’expert dans les différentes périodes historiques et aires géographiques.
Cette journée d’études permettra aux doctorants de Saprat de présenter leurs recherches, leurs avancées mais aussi leurs problématiques à partir d’un exemple, d’un élément, ou d’une enquête.

Les propositions de communications, environ 1500 signes, seront à faire parvenir à l’adresse : jed.saprat@gmail.com .

Pour télécharger l’appel à communication