Archives par mot-clé : Saprat

Spectacles et diplomatie.

Conférences et congrès de paix du XVe siècle au début du XXe siècle

Appel à communication

 

Colloque organisé par l’équipe Saprat (EPHE-PSL), à Paris et Versailles, les 25, 26 et 27 septembre 2024

2024_Le_Congrès_ _[estampe]_Forceval_(17_btv1b69546313_1
Le Congrès s’amuse, [estampe] par Forceval. Source: gallica.bnf.fr. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (73)-FT 4

 

De la « Guerre de Cent ans » à la fin de la Première Guerre mondiale, d’Arras, en 1435, à Paris et Versailles, en 1919, les rencontres diplomatiques organisées en vue de la paix sont, à l’aune des guerres, fort nombreuses en Europe. Les sources médiévales mentionnent seulement le terme générique de « conférences » pour évoquer des réunions où des émissaires traitent de voies de paix. Le mot de « congrès » diplomatique, la forme même qui lui est associée, n’apparaissent véritablement qu’à partir du milieu du XVIIe siècle. Au XIXe siècle, conférences et congrès sont ensuite marqués, entre autres, par la montée en puissance des États-nations, l’émergence de la diplomatie de concert et le rôle croissant de l’anglais. Les lieux, les acteurs, l’organisation, les modes de sociabilité et la durée de ces rencontres varient donc considérablement du XVe siècle au début du XXe siècle. Elles se caractérisent néanmoins par le souci commun, sinon réel du moins proclamé, d’éviter ou de clore des conflits. Les rencontres les plus importantes, rassemblées à titre indicatif dans la liste ci-dessous, affrontent des enjeux cruciaux, visent une stabilisation ou une inflexion décisive dans les relations entre puissances et ont laissé une empreinte durable dans la mémoire collective.

Congrès et conférences de paix sont aussi des événements extraordinaires aux multiples facettes. À l’instar des rencontres princières à l’époque moderne, pour lesquelles Jean-Marie le Gall a discerné une vaste gamme de divertissements (mystères, entrées, joutes, tournois, carrousels, ballets équestres, bals, ballets, représentations théâtrales, concerts, opéras et autres formes lyriques, jeux et courses d’animaux, feux d’artifices et illuminations), les congrès et conférences de paix sont ainsi l’occasion de spectacles nombreux et variés. Le présent colloque entend les étudier dans une perspective comparatiste, typologique et diachronique, tout en mettant en valeur le caractère unique des différentes performances spectaculaires.

Le sujet a déjà suscité l’intérêt des historiens de la diplomatie. Plusieurs études importantes consacrées aux rencontres entre princes, à l’époque médiévale et à l’époque moderne, ainsi qu’aux congrès, ont mis en évidence le nombre, la diversité et l’importance des fêtes publiques, des célébrations et des rituels religieux à ces occasions. On se réfère ici aux travaux fondateurs de Lucien Bély sur les congrès, en particulier celui d’Utrecht (Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, 1990), à un colloque récent explorant de façon systématique les interactions entre les congrès et les villes d’accueil (Christian Windler [éd.], Kongressorte der frühen Neuzeit im europäischen Vergleich : der Frieden von Baden (1714), 2016), ou encore aux analyses de la dimension sonore, notamment musicale, de la diplomatie (voir par exemple Damien Mahiet, Rebekah Ahrendt et Frédéric Ramel (éd.), Diplomacy, audible and resonant, dossier de Diplomatica, vol. 3/2, 2021). De manière générale, l’histoire de la diplomatie, en intégrant dans ses terrains d’enquête des acteurs beaucoup plus nombreux, prend désormais plus en considération les artistes, jongleurs, danseurs, acteurs, peintres et musiciens intervenant dans les conférences et les congrès. L’organisation de certains spectacles, concerts et pièces de théâtre notamment, a été analysée en profondeur. Néanmoins, les spécialistes de la diplomatie ont généralement envisagé ces pratiques comme une forme d’à-côté, sous l’angle du divertissement, éventuellement avec une portée symbolique. Une approche d’ensemble de la typologie, des rôles et de l’évolution des pratiques spectaculaires en contexte diplomatique fait encore défaut.

Du côté de l’histoire des spectacles, qui s’est, dans le même temps, également constituée en véritable discipline, les congrès et les conférences de paix n’ont pas fait l’objet de travaux spécifiques. Ce sont principalement des musicologues qui s’y sont intéressés, dans le cadre plus large de l’étude des rapports entre musique et politique, ce qu’illustre par exemple le colloque « Musique et sorties de guerres (XIXe-XXIe siècles) » tenu à Montréal en 2018.

En se situant au croisement des études sur les spectacles, la diplomatie, l’histoire de la musique, du théâtre, des arts picturaux et de la danse, ce colloque entend par conséquent favoriser le dialogue entre plusieurs historiographies qui ont, depuis plusieurs décennies maintenant, été très vivement renouvelées. Plusieurs axes complémentaires seront privilégiés pour envisager l’ensemble des pratiques spectaculaires dans les conférences et congrès.

Il s’agira tout d’abord de déterminer qui sont les acteurs de ces spectacles. Si la séparation entre professionnels et amateurs est délicate et n’a pas forcément de sens à toutes les époques, la prise en considération des individus impliqués est fondamentale. Participants et publics – ces deux catégories pouvant se mêler – seront appréhendés de concert.

Tout aussi importante est la question des lieux où se déroulent les spectacles. Les lieux de la négociation diplomatique sont-ils transformés pour accueillir des spectacles ou bien les envoyés diplomatiques sont-ils amenés à se transporter ailleurs, dans des lieux de spectacle ? Des sites tant naturels qu’urbains sont-ils utilisés ?

Cette réflexion sur les acteurs et les lieux conduit à s’interroger sur les négociations préalables à la tenue des spectacles. Qui décide ? Selon quel calendrier ? Qui paie ? Une approche économique des spectacles est indispensable. L’étude de ces divers points conduit à explorer comment culture « spectaculaire » et culture diplomatique s’interpénètrent, comment les pratiques liées à ces deux types d’activités coexistent et s’influencent.

L’étude du répertoire (mot à prendre ici au sens large) est à ce titre essentielle. Si on parle ou on chante, quelle langue est-elle choisie ? Cherche-t-on à innover, à proposer des créations ou a-t-on recours à des formes de spectacles plus traditionnelles ?

La réflexion portera également sur la portée symbolique des spectacles. Quels discours véhiculent-t-ils ? Comment s’harmonisent-ils avec ceux qui forment la matière même du travail diplomatique? La manière dont celui-ci se poursuit lors des spectacles est du reste une question centrale pour le colloque. La soulever conduit à évaluer le bénéfice politique attendu et apporté par les spectacles – une question liée à celle de la réception (ou à l’oubli) de ces spectacles, tant chez les contemporains qu’à plus long terme.

Des sources aussi nombreuses que variées pourront être mobilisées pour traiter ce sujet : livres de cérémonies, correspondances diplomatiques, journaux d’ambassades, documents comptables, iconographie, journaux intimes, presse, sources matérielles (costumes, éléments de décors, lieux où ont eu lieu les spectacles), etc.

Les propositions de communication, d’une taille maximum de 2000 signes et accompagnées d’une présentation biographique d’une demi-page, sont à envoyer avant le 30 octobre 2023 à maddalena.bellavitis@ephe.psl.eu; jean-claude.yon@ephe.psl.eu; stephane.pequignot@ephe.psl.eu.

Elles seront examinées par le comité scientifique du colloque et une réponse sera apportée avant le 20 décembre 2023.

Pour télécharger l’appel à communication

Comité scientifique

Lucien Bély (Sorbonne Université)
Marie Bouhaïk-Girones (CNRS)
Yves Bruley (EPHE-PSL)
Astrid Castres (EPHE-PSL)
Veronique Dominguez (Université de Nantes)
Laurent Hablot (EPHE-PSL)
Beate Angelika Kraus (Beethoven-Haus, Vienne)
Guy-Michel Leproux (EPHE-PSL)
Jean-Marie Moeglin (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)
Cécile Reynaud (EPHE-PSL)

La véridique histoire de l’arobase (2023)

Marc Smith

La véridique histoire de l’arobase

Propos, Paris, 2023, 96p.

ISBN: 9782357231795

 

Cet ouvrage recompose pour la première fois les origines de l’arobase, du Moyen Âge jusqu’à nos jours, comme un cas à la fois insolite et exemplaire de l’évolution des signes écrits qui accompagne le constant changement des sociétés et des techniques.

L’arobase, aujourd’hui symbole omniprésent de la communication électronique, se définit par une forme universelle – @ – et par des noms infiniment variés selon les langues. Ses origines, perdues dans la nuit des temps, ont donné lieu à des explications multiples et contradictoires, confondant l’histoire d’un tracé, de ses fonctions et de ses désignations. Marc Smith recompose pour la première fois l’histoire de l’arobase, du Moyen Âge jusqu’à nos jours, comme un cas à la fois insolite et exemplaire de l’évolution des signes écrits qui accompagne le constant changement des sociétés et des techniques.

>> Pour plus d’informations sur cet ouvrage

Hebrew Manuscripts in the Digital Age: Palæography, Edition, Cataloguing

Applications open for  2023-2024 HMDA course

HMDA: Hebrew Manuscripts in the Digital Age: Palæography, Edition, Cataloguing

The École Pratique des Hautes Études,  » the School of Advanced Studies  » within Paris Sciences Lettres University, is inviting applications from French and international research students for an online course cluster “Hebrew Manuscripts in the Digital Age: Palaegraphy, Edition, Cataloguing”.

The course cluster can be validated as an EPHE Diploma or be an audited in addition to the degree the students undertake elsewhere. Its aim is to provide the participants with traditional and digital skills and some understanding of computational possibilities in Hebrew Manuscript Studies.

In the past fifteen years, Jewish Studies has witnessed a renewal of the interest in medieval manuscripts in Hebrew and Judeo-languages. The young generation of Jewish studies scholars is keen on turning to manuscripts and archival sources for the reconstruction of the Jewish past.

The study and edition of manuscripts is indispensable for this sources-oriented historical and literary research.

HMDA introduces the students to the current research methods and provide them with necessary basic skills to undertake a research project on medieval Hebrew manuscripts.

The course is held entirely online, in English. Lectures are followed by discussions.

In addition to the online seminars, students are encouraged to acquire practical skills by contributing to one or more of the digital projects :

Hebrew Paleography Album (HebrewPal)

Multipal

Books within Books

BiNah Catalogue des manuscrits hébreux de la Bibliothèque Nationale de France

e-Scriptorium

eRabbinica

The teaching consists of three one-hour seminars a week between November 20, 2023 and May 31, 2024 (excluding EPHE holidays)

1. Monday 6 pm – 7 pm (Paris time)

Introduction to Medieval Hebrew Palaeophraphy: typology and dating of manuscripts with the help of traditional methods and digital tools.

2. Monday 7.15 pm – 8.15 pm (Paris time)

Cataloguing of medieval Hebrew manuscripts: codicology, fragmentology, scientific approach to book materials, online cataloguing

3. Wednesday 7 pm – 8 pm (Paris time)

From automatic transcription to digital scholarly edition

 

The course is open to :

  • Students of Master or Doctorate of the EPHE
  • French and international students in Hebrew and/or Jewish Studies accepted by the project and the EPHE to prepare a graduate diploma of the EPHE
  • French and international students accepted by the project and the EPHE to audit the course

Applications:

  • Students enrolled at the EPHE, please register by writing  to Wissem GUEDDICH at : hmda@ephe.psl.eu
  • Candidates for the graduate diploma and auditors : the application process includes two stages : (1) Acceptance by the professors of the project. (2) Registration by the EPHE

For the acceptance by the professors, please send an email to hmda@ephe.psl.eu including the following information :

  • Letter explaining your motivation for joining the course
  • CV and a list of publications (if any)
  • A brief letter of recommendation by one of your teachers

Please specify if you wish to prepare a diploma of the EPHE or to audit the course

 

Deadline: 11 October 2023 (midnight, Paris time)

 

Once accepted by the professors, please register online at the EPHE as either:

  • Diploma : “ Diplôme de l’établissement, Sciences historiques et philologiques »
  • Auditing : « auditeur libre »

Annual fee : 150€

Instructors include: Judith Olszowy-Schlanger, Daniel Stökl Ben Ezra, Peter Stokes, Javier Del Barco, Hayim Lapin, Sonia Fellous, Zina Cohen, Emma Abate, Elena Pierazzo, Joseph O’Hara.

For further questions, please contact the project coordinator, Wissem Gueddich at : hmda@ephe.psl.eu

Pour télécharger l’appel à candidature

La fabrique du livre à Byzance / Jean Irigoin (2023)

Brigitte Mondrain (éd.)

La fabrique du livre à Byzance . Jean Irigoin

ACHCByz, 2023

ISBN: 978-2-916716-91-6

Ce recueil réunit quarante-sept contributions que Jean Irigoin a fait paraître entre 1951 et 2006. Elles constituent une part majeure de son œuvre scientifique, celle qu’il a consacrée à la paléographie et à la codicologie, et elles ont donné une impulsion décisive à l’étude du livre grec à Byzance en éclairant par ces deux disciplines complémentaires l’approche historique et philologique des textes. Plusieurs de ces articles ont fait date, dans le sens qu’ils ont marqué le développement de la recherche ultérieure sur les manuscrits byzantins et qu’ils sont toujours des articles de référence incontournables.

Pour plus d’informations sur cet ouvrage

Le métier de peintre en Europe au XVIe siècle (2023)

Michel Hochmann, Guy-Michel Leproux et Audrey Nassieu Maupas (dir.)

Le métier de peintre en Europe au XVIe siècle

Institut d’histoire de Paris, 2023, 773 p., ill. en couleurs.

ISBN : 978-2-490448-12-8

 

Le projet « Pictor » a réuni pendant plusieurs années des historiens de l’art français, italiens, espagnols, suisses et belges qui s’étaient fixé comme objectif commun d’examiner, dans une approche comparatiste, les conditions d’exercice du métier de peintre au XVIe siècle dans les grands centres artistiques européens, en liaison avec l’étude de la mobilité des artistes. Leurs recherches et la confrontation de leurs résultats à l’occasion de plusieurs rencontres scientifiques leur ont permis d’apporter de nouveaux éclairages sur l’art de la Renaissance.

Ce volume est la synthèse de leurs travaux, qui ont été regroupés sous quatre grands thèmes : la population des peintres, la réglementation du métier et ses conséquences sur la production, la formation des jeunes artistes et la question des savoirs, des méthodes et des techniques.

Pour toute question, s’adresser à : karolina.kaderka@ephe.psl.eu

Vivre la bataille ? Expérience et participation dans les arts. XVIe-XXIe siècle (2023)

Pauline Lafille, Joana Barreto et Gaspard Delon (dir.)

Vivre la bataille ?

Expérience et participation dans les arts. XVIe-XXIe siècle

Presses Universitaires de Rennes, 2023, 208p.

 

« Une bataille vraie n’est pas un tableau », dit Baudelaire dans son Salon de 1859. L’art possède-t-il une capacité réelle à rendre compte du combat ? Par sa démesure spatiale et temporelle comme par sa violence et par son désordre, la bataille conduit à des innovations artistiques de forme comme de technique. Elle pousse à l’émergence de dispositifs toujours plus immersifs, dépassant les limites expressives des médiums afin de faire revivre des événements insaisissables ainsi qu’une expérience hors du commun. Face aux ambitions des artistes, jusqu’où le spectateur devient-il acteur de la scène de bataille ?
La spire historiée de la colonne Trajane, les galeries de batailles et les tentures modernes, les rotondes des panoramas ou encore les larges écrans du cinéma sont autant de dispositifs visant à produire une restitution vivante des faits militaires. Modernistes et contemporanéistes, historiens de l’art et de l’audiovisuel envisagent ici les usages, les réceptions et les émotions engendrés par les représentations de batailles. Celles-ci touchent puissamment au regard, à l’esprit et au corps du spectateur aux prises avec la fiction du combat.

> Pour plus d’infomations sur cet ouvrage