Archives par mot-clé : XIXe siècle

La culture matérielle sur les routes de l’Atlantique

La culture matérielle sur les routes de l’Atlantique : Rencontres d’hommes, de cultures et des objets

Paris, Institut national d’histoire de l’art, Salle Vasari

21 février, 2024

Programme

9.30: accueil et introduction

Maddalena Bellavitis (Equipe Saprat, EPHE – PSL) and José Manuel Santos Pérez (Centro de Estudios Brasileños, Universidad de Salamanca)

 

9.45: session du matin

Alicia Sempere Marín and Ignacio José García Zapata, Universidad de Murcia

Jesuits’ travel journal from New Spain to Europe. Routes, stops and acquisitions of devotional objects in 1757

Genevieve Warwick, University of Edinburgh

Jewelled currency: glass conterie in the first age of circumnavigation

Charikleia (Haris) Makedonopoulou, NTU Athens / ETH Zurich

Tracing the multiple journeys of the palm tree between the East and the West                                            


 Rebecca Legrand, Fanny Bulté, Université de Lille

The taste of others: between fear and fascination

Patrícia Gomes da Silveira, Colégio Pedro II/Universidade do Estado do Rio de Janeiro (online)

William John Burchell and the representation of Brazilian landscape in his expedition                            


14.30: session de l’après-midi  

Carmen Espejo-Cala, Universidad de Sevilla, and Paul Firbas, Stony Brook University, New York

Conexiones entre las imprentas de lima y Sevilla (siglos XVI y XVII): agentes y actores-red

Eduardo Corona Pérez, Universidad de Sevilla

En los albores de la fundación y de la fiebre del oro: los hombres y mujeres que hicieron Vila Rica de Ouro Preto

Lauren Beck, Mount Allison University

Viewing Spain from the Americas: Indigenous Perspectives, Experiences, and Sources


Britt Dams, Ghent University / Université Paul Valéry

I am a better Christian than you are », the remarkable epistolary exchange between two Potiguara leaders, Pedro Poti and Felipe Camarão

Eduardo Cesar Valuche Oliveira Brito, Universidade Federal Fluminense (UFF-Brasil)

As “Missões de Marinheiros” no Atlântico anglo-americano: a cultura material protestante na virada dos séculos XVIII e XIX

Ana-Marianela Rochas-Porraz, ÉNSA Versailles

Images d’expatriation de la France au Mexique : le fonds photographique de l’architecte Fernand Marcon (1877-1962)

 

17.30: Discussion et conclusions

Programme complet à télécharger

Art et industrie. L’Europe des musées au XIXe siècle (2023)

Rossella Froissart et Aziza Gril-Mariotte (éd.)

Art et industrie. L’Europe des musées au XIXe siècle

Brepols, 2023, 234p.

ISBN: 978-2-503-59995-3

 

Pourquoi collecter et exposer textiles, verreries, céramiques, meubles ou bijoux, témoins d’un passé préindustriel, au moment même où l’avènement de la machine et l’expansion des marchés bouleversent les processus de fabrication et de commercialisation ? Suivant quelles modalités la présentation de ces artefacts a t articule aux productions contemporaines, dans un contexte de concurrence internationale stimule par les expositions universelles ?

Pensés au départ comme des ensembles vocation pédagogique, mais intégrant souvent des vises conservatrices, les muses d’art industriel et d’art décoratif sont porteurs d’identités multiples, ce qui explique l’évolution des dénominations, leurs vicissitudes et leur existence parfois éphémère. Les travaux désormais nombreux sur la muséologie, et sur les arts décoratifs placent ces institutions au cœur du questionnement autour de l’origine et des finalités des collections publiques, en tant que lieux de formation pratique et de débats thoriques sur les relations entre l’art, l’industrie et le marché.

Cet ouvrage est le premier en France consacré à l’histoire des muses d’art industriel et décoratif. Il entend offrir un large panorama de cette typologie telle qu’elle s’est décline dans l’Europe entière, depuis son apparition dans les années 1830, jusqu’à son puisement dans les premières décennies du XXe siècle. Seule une enquête collective pouvait rendre compte des spécificités des situations nationales et de la diversité des processus de valorisation d’objets au statut intrinsèquement incertain, entre fonction d’usage, valeur patrimoniale et modèles d’apprentissage.

>> Pour plus d’informations sur cet ouvrage

Berlioz et Paris (2023)

Cécile Reynaud (dir.)
Berlioz et Paris
 
Actes Sud, 2023, 600p.
ISBN: 978-2-330-18305-9
Cet ouvrage collectif étudie les divers rôles que Paris a pu jouer dans la carrière de Berlioz, ainsi que les différentes images, entre fascination et amertume, qu’il a données de la ville où il habitait. Celle-ci occupe, à l’époque du compositeur, une place singulière parmi les capitales européennes. En raison de la centralisation qui s’est opérée de manière progressive sous l’Ancien Régime, elle concentre après la Révolution toutes les formes du pouvoir national : politique, économique, financier, intellectuel et culturel. Cette situation particulière la dote de ce rôle international bien connu de “capitale du xixe siècle”. Elle devient un lieu de passage obligé pour tout type de réussite sociale et le domaine artistique, notamment musical, apparaît comme l’un des champs sur lesquels cette prééminence s’exerce avec le plus de force.
Hector Berlioz illustre parfaitement l’importance de Paris dans la destinée d’un musicien : né en Dauphiné – région à laquelle il reste très lié sa vie durant par des attaches familiales –, il fait de cette ville le centre névralgique d’une carrière qui traverse la période romantique. Conscient du pouvoir ambigu de la capitale, il écrit d’ailleurs à son père dès 1846 : “Il n’y a au monde que Paris ; c’est une ville électrique qui attire et repousse successivement […].” Berlioz est aussi un grand voyageur et sait prendre ses distances avec son lieu de résidence : il passe un séjour de formation à l’Académie de France à Rome ; puis, s’éloignant à nouveau d’un Paris qui ne reconnaîtrait pas son talent, il fait entendre ses oeuvres dans les principales cités européennes. Sa vision du rôle de la capitale française change alors et ses critiques des normes de goût qu’elle impose au reste du monde deviennent vives.

Peintures Italiennes du XIVe au XIXe siècle. Musées Jacquemart-André (2023)

Giancarla Cilmi et Pierre Curie
Peintures Italiennes du XIVe au XIXe siècle. Musées Jacquemart-André.
 
Éditions Faton, 2023, 400p.
ISBN: 978-2-87844-236-6
Le musée Jacquemart-André et l’abbaye de Chaalis conservent, au sein de l’Institut de France, une prestigieuse collection de peintures italiennes, réunie à l’origine par le célèbre couple de collectionneurs. Si l’on en connaissait les œuvres les plus célèbres, signées Botticelli, Raphaël, Véronèse ou Mantegna, cette collection rassemblée en deux lieux n’avait été étudiée, pour sa partie parisienne, que par le mémoire de Nicole Blondel, dirigé par Michel Laclotte et soutenu en 1975.
Elle est publiée aujourd’hui pour la première fois dans son intégralité, objet de recherches nouvelles et actualisées grâce au travail de la jeune historienne de l’art Giancarla Cilmi et de Pierre Curie, spécialiste de la peinture italienne et directeur du musée Jacquemart-André. Avec plus de 200 notices, allant du XIVe au XIXe siècle, incluant de nouvelles attributions, c’est donc un regard entièrement nouveau que propose ce premier catalogue d’une des plus riches collections de peintures italiennes en France.